L’image du jour : La nébuleuse variable de Hubble NGC 2261

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit : HubbleNASAESAData: Mark Clampin (NASA’s GSFC)

NGC 2261 encore appelée nébuleuse variable de Hubble est une faible nébuleuse par réflexion s’étendant sur une année lumière et située à une distance d’environ 2500 années lumière en direction de la constellation de la Licorne (Monoceros).

La nébuleuse constituée de gaz et de poussière est en interaction avec l’étoile variable irrégulière R Mon (qui varie entre les magnitudes 10 et 13) et présente ainsi des fluctuations d’éclat (observables sur quelques semaines). Elle tire son nom de l’astronome Edwin Hubble qui l’a étudié au début du 20ème siècle.

Observé à l’oculaire dans un télescope de 200mm, NGC 2261 se présente sous la forme d’une queue de comète assez faible. Les meilleures périodes d’observations se situent entre Janvier et Février lorsque l’objet passe au méridien.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : Proxima du Centaure (vidéo)

Cette vidéo montre comment les ceintures de poussière nouvellement découverts autour de l’étoile la plus proche du système solaire Proxima du Centaure peuvent apparaître.

Les observations d’ALMA ont révélé que la lueur provenant de la poussière froide dans une région située entre une et quatre fois plus loin de Proxima du Centaure que la Terre provient du Soleil.

Les données font également allusion à la présence d’une ceinture de poussière extérieure encore plus froide et indiquent la présence d’un système planétaire élaboré.

Ces structures sont similaires aux ceintures beaucoup plus grandes dans le système solaire et devraient également être faites à partir de particules de roche et de glace qui ont échoué à former des planètes.

Notez que cette vidéo n’est pas à l’échelle – pour que Proxima b soit clairement visible, elle a été montré plus loin de l’étoile et plus grand que dans la réalité.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : Time Lapse Vue de l’espace (vidéo)

« C’est spectaculaire, c’est incroyable de s’accrocher à la Station Spatiale Internationale, vous faites dix-huit mille kilomètres à l’heure, et en quelque sorte vous regardez à vos pieds et à 200 miles sous vos pieds, il y a la côte de Californie. et, oups, neuf minutes plus tard, il y a la ville de New York alors que vous partez pour l’Europe ».Dan Tani, astronaute.

L’image du jour : Corona Australis, NGC 6726

Crédit :  Eric Coles & Martin Pugh

NGC 6726 est une nébuleuse par réflexion qui se situe à environ 500 années-lumière dans la constellation de la Couronne australe. Elle fait partie d’un ensemble complexe d’objet céleste. NGC 6726 est un grand nuage de gaz constitué de fine poussière qui renvoie la lumière des étoiles proches. Ces étoiles ne sont pas assez énergétiques pour former une nébuleuse en émission. Elle a été découverte le 15 juin 1861 par Julius Schmidt.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : Le Nuage moléculaire Barnard 68

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit : Équipe FORS , VLT Antu de 8,2 mètres , ESO

Où les étoiles s’en sont-elles allées ? Ce qui était avant considéré comme un trou dans le ciel est maintenant connu des astronomes comme étant un nuage moléculaire. Ici, une grande concentration de poussière et de gaz moléculaire absorbe pratiquement toute la lumière visible émise par les étoiles de l’arrière-plan. Les environs particulièrement sombres contribuent à faire de l’intérieur des nuages moléculaires un des endroits les plus froids et les plus isolés de l’Univers. Une des plus remarquables nébuleuses par absorption est un nuage en direction de la constellation du Serpentaire (Ophiuchus en latin) connu sous le nom de Barnard 68, (photographié ci-dessus). Qu’aucune étoile ne soit visible au centre indique que Barnard 68 est relativement près, avec des mesures le plaçant à environ 500 années-lumière de la Terre pour un diamètre d’une demi année-lumière. On ne sait pas exactement comment se forment les nuages moléculaires tels que Barnard 68, mais on sait que ces nuages sont eux-même probablement un lieu où de nouvelles étoiles se forment. Il est possible de voir directement à travers le nuage en lumière infrarouge.

(Source : Ciel des Hommes)

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : L’étoile de Fomalhaut, 24 PsA

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit : ALMA (ESO / NAOJ / NRAO), M. MacGregor; NASA / ESA Hubble, P. Kalas; B. Saxton (NRAO / AUI / NSF)

Le gigantesque anneau excentrique de plus de 20 milliards de kilomètres de rayon qui ceint l’étoile Fomalhaut. Située à 25 années-lumière du Soleil, dans la constellation du Poisson austral, cette étoile n’est pas résolue sur cette image obtenue avec le radiotélescope ALMA (ESO, Chili). Les données recueillies avec ALMA ont permis de déterminer que l’abondance relative du monoxyde et du dioxyde de carbone dans cet anneau serait comparable à celle que l’on trouve dans les comètes du Système solaire, ce qui pourrait suggérer des conditions de formation cométaires similaires dans le Système solaire et dans le système de Fomalhaut. C’est à proximité de la bordure interne de cet anneau que l’exoplanète géante Fomalhaut b a été détectée il y a une dizaine d’années ; elle a, depuis, été baptisée Dagon par l’Union astronomique internationale.
Crédits : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/Meredith MacGregor

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : Les restes de la supernova Vela SNR

Crédit : Josep Drudis

Cette nébuleuse est ce qui reste après une explosion de supernova qui a eu lieu il y a environ 12 000 ans. Les restes de l’étoile originaire sont situés au environ du centre de la bulle centrale inférieure. Cette étoile est maintenant un pulsar, une étoile à neutrons émettant un faisceau de signaux radio que nous pouvons détecter que lorsqu’elle pointe vers nous. Comme elle tourne avec une vitesse de rotation régulière le faisceau s’allume régulièrement et disparaît. Ce pulsar tourne plus de 11 fois par seconde, ce qui porte la période entre les pics lumineux à 89 millisecondes …

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La galaxie distordue NGC 2442

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit :  Hubble Legacy Archive , European Southern Observatory

Explication:  Elle a été découverte par Sir John HerschelLa galaxie distordue de NGC 2442 se trouve dans la constellation australe du Poisson Volant (Piscis Volans en latin). À quelque 50 millions d’années-lumière de nous, les deux bras spiraux de la galaxie s’étendent à partir d’une barre centrale prononcée et offrent dans les images à grand champ l’apparence de crochets. Mais aujourd’hui ce gros plan mosaïque élaboré à partir de données du télescope spatial Hubble et de l’Observatoire européen austral permet de suivre tout particulièrement la structure de la galaxie avec de remarquables détails. Les files de poussière obscure, les amas de jeunes étoiles bleues et les régions de formation d’étoiles rouges entourent un noyau tout de jaune paré, couleur due à une population d’étoiles plus âgées. Les images révèlent également de plus lointaines galaxies d’arrière-plan, visibles directement au travers des amas d’étoiles et des nébuleuses de NGC 2442. Cette image couvre un champ d’environ 75 000 années-lumière à la distance estimée de NGC 2442.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La Nébuleuse du Pélican IC 5067

crédit : Sara Wager

Explication: La nébuleuse du Pélican (IC 5067) est une nébuleuse en émission située à environ 2 000 années lumière de la Terre dans la constellation du Cygne.  Des formes fantastiques et sombres qui habitent la vue sont des nuages ​​de gaz frais et de poussière sculptés par des rayonnements énergétiques provenant d’étoiles jeunes, chaudes et massives. Mais les étoiles se forment également dans les formes sombres.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La Nébuleuse du tronc de l’éléphant, IC 1396

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

CréditAnis Abdul

Explication: Y at-il un monstre dans IC 1396 ? Connu pour certains comme la nébuleuse du tronc de l’éléphant , des parties de gaz et des nuages ​​de poussière de cette région de formation d’étoiles peuvent sembler prendre des formes, quelque peu humaines . Le seul vrai monstre ici, cependant, est une brillante jeune étoile. La lumière énergétique de cette étoile est près du sommet de l’ image en vedette . Les jets et les vents de particules émis par cette étoile poussent également le gaz ambiant et la poussière . À près de 3 000 années-lumière , le complexe relativement variable de l’ IC 1396 couvre une région beaucoup plus grande, cliquez sur la petite image pour le voir en entier.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La constellation du Sagittaire

 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit : Josep Drudis

Explication: ces trois nébuleuses brillantes sont souvent présentées lors des visites télescopiques de la constellation du Sagittaire et des champs d’étoiles bondés de la Voie lactée centrale .

En effet, Charles Messier, le touriste cosmique du 18ème siècle, en cataloguait deux; M8 , la grande nébuleuse au-dessus et à gauche du centre, et M20 coloré près du fond du cadre. La troisième région d’émission comprend NGC 6559 , à droite de M8 et séparée de la plus grande nébuleuse par une voie de poussière sombre.

Les trois sont des pépinières stellaires d’environ cinq mille années-lumière. Plus d’une centaine d’années-lumière à travers le M8 expansif est également connue sous le nom de Nébuleuse de la lagune. la populaire M20 est le Trifide.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La nébuleuse de l’anneau austral,  NGC 3132 

CréditHubble Legacy ArchiveESANASA

Explication: Elle est une étoile près du centre de NGC 3132 qui a créé cette étrange mais belle nébuleuse planétaire dans la constellation des Voiles, son diamètre est d’environ de 0,4 année-lumière, ce qui représente environ 600 fois la distance du Soleil à Pluton.  Surnommée nébuleuse aux huit éclats ou la nébuleuse de l’anneau austral.

Bon week end à toutes et à tous

 

 

L’image du jour : L’Europe du sud vue de l’espace (vidéo)

Trois minutes pour une tournée en Europe du Sud ? C’est tout le temps qu’il faut, lorsque vous avez une caméra 4K en orbite sur l’ISS autour de la Terre à 300 km, sur la Station spatiale internationale. Cette vidéo ultra haute définition a été tourné en août 2016, alors profitons  de la vue au dessus de la côte ouest de la France à la péninsule ibérique, l’Italie, la Suisse, le sud de l’Allemagne et l’Autriche, et au sud vers les pays des Balkans.

L’image du jour : Feux d’artifice dans l’amas stellaire Westerlund 2 (vidéo)

Crédit : NASA, ESA, Hubble, J. Anderson et al. (STScI); Remerciements: l’équipe du patrimoine Hubble (STScI / AURA), A. Nota (ESA / STScI), l’équipe scientifique de Westerlund 2 et l’ESO

Explication: Et si vous pouviez aller dans une grappe où les étoiles se forment? Une visualisation vidéo d’une minute a été réalisée avec la modélisation informatique 3D de la région entourant  l’amas stellaire Westerlund 2 , sur la base d’ images du télescope spatial Hubble en lumière visible et infrarouge . Westerlund 2 s’étend sur environ 10 années-lumière et se trouve à environ 20 000 années-lumière vers la constellation de la quille du navire ( Carina ).

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La Terre depuis l’ISS (vidéo)

Regarder la Terre rouler dans la perspective de l’astronaute de l’ESA Alexander Gerst dans cette vidéo timelapse  de six minutes avec la combinaison de 12 500 images prises par Alexander au cours de sa mission Blue Dot de six mois sur la Station spatiale internationale cette vidéo ultra haute définition montre le meilleur de notre belle planète.

Admirez les aurores, levers de Soleil, nuages, étoiles, les océans, la Voie Lactée, la Station spatiale internationale, la foudre, les villes la nuit et la bande mince de l’ atmosphère qui nous protège de l’espace.

Un impacteur s’écrasera en 2022 sur Didymos B, un astéroïde de 170m de diamètre jugé potentiellement dangereux pour la Terre (vidéo)

Ce n’est pas encore «Armageddon», mais la science s’en rapproche. La Nasa a dévoilé les contours de la mission DART (Double Asteroid Redirection Test), qui doit amener, en 2022, le premier test grandeur nature de déviation d’un astéroïde. Elle permettra d’apporter une première réponse à une question qui taraude de plus en plus les scientifiques : que faire si un objet céleste nous fonce délibérément dessus ? Lire la suite

L’image du jour : La nébuleuse trifide, M 20

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit : Martin Pugh

La nébuleuse trifide du Sagittaire est ainsi appelée en raison de ses trois fissures sombres. Le système lumineux à plusieurs étoiles au centre de Trifide est HN 40 et est peut-être la source d’illumination de la nébuleuse.  Le gaz rouge étincelle provient de photons à haute énergie qui ont un impact sur l’hydrogène interstellaire, ce qui provoque l’émission de gaz rouge. Les fissures noires sont probablement des restes d’explosions de supernova tandis que le gaz bleu est une nébuleuse de réflexion.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La galaxie de l’Œil noir, M64

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit : Hubble, NASA, ESA, UPI

M64 (ou NGC 4826) est une galaxie en spirale située dans la constellation de la Chevelure de Bérénice. Elle est très connue des astronomes amateurs, notamment à cause de son apparence particulière, visible même dans des instruments de taille modeste. M64 est également connue sous les noms de galaxie de l’Œil poché ou Beauté endormie.

La distance entre cette galaxie et notre galaxie, la Voie lactée, n’est pas très bien déterminée, elle est généralement estimée à 17 millions d’années-lumière, différentes sources donnant des valeurs variant de 12 à 44 millions d’années-lumière. Cette imprécision est notamment due au fait qu’aucune céphéide n’a été découverte dans cette galaxie, ces étoiles variables étant l’un des outils principaux pour la détermination des distances extragalactiques.

L’apparence très particulière de M64 est due à la présence d’un immense nuage interstellaire opaque, qui masque les étoiles situées en arrière-plan. Des observations récentes ont montré que le gaz et les étoiles situés dans les régions extérieures de la galaxie (dont le rayon s’étend jusqu’à 40 000 années-lumière) tournaient dans le sens inverse de ceux situés dans la région centrale (avec un rayon de 3000 années-lumière).

On pense que ce phénomène de rotation inverse et la présence du nuage de gaz et de poussière géant sont dus à une ancienne galaxie compagnon de M64, détruite par les forces de marée et dont la matière a été « absorbée » par accrétion.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La grande nébuleuse de Carina, NGC 3372

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit : Amit Ashok Kamble

Explication: Dans l’une des parties les plus brillantes de la Voie Lactée, se trouve une nébuleuse où se produisent certaines des choses les plus curieuses . NGC 3372, connue sous le nom de Grande nébuleuse de Carina , abrite des étoiles massives et des nébuleuses changeantes.

La nébuleuse de trou de serrure (NGC 3324), la structure brillante juste à droite du centre de l’image, abrite plusieurs de ces étoiles massives et a elle-même changé d’apparence . Toute la nébuleuse Carina , capturée ici , s’étend sur plus de 300 années-lumière et se trouve à environ 7 500 années-lumière dans la constellation de Carina . Eta Carinae , l’ étoile la plus énergique de la nébuleuse , Était l’une des étoiles les plus brillantes dans le ciel dans les années 1830, mais s’est évanouie considérablement.

Alors que Eta Carinae elle-même peut-être sur le point d’une explosion de supernova, les images aux rayons X indiquent qu’une grande partie de la grande nébuleuse a été une véritable usine de supernova .

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La nébuleuse de l’Haltère, M27

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit Subaru, NAOJ, Roberto Colombari

Explication : La nébuleuse de l’Haltère est une nébuleuse planétaire située dans la constellation du Petit Renard.  Cette nébuleuse, découverte par Charles Messier le 12 juillet 1764, est la première nébuleuse planétaire observée de l’histoire de l’astronomie. Elle porte le numéro 27 de son catalogue.

Cet objet est particulièrement brillant et possède un diamètre apparent très large, puisque la partie la plus lumineuse atteint 1/5 de celui de la Lune. Sachant que la vitesse d’expansion atteint 6,8 secondes d’arc par siècle, son âge est estimé à 3000 ou 4000 ans.

L’étoile centrale (à l’origine de la nébuleuse) a une magnitude apparente ce qui la rend difficilement observable pour un astronome amateur. C’est une naine blanche de couleur bleue très chaude (85 000K). Elle est peut-être accompagnée d’une autre étoile, encore plus faible (magnitude 17), à 6,5 secondes d’arc de distance apparente.

La forme particulière de la partie lumineuse a valu à cette nébuleuse le nom de Nébuleuse de l’Haltère (Dumbbell en anglais). On lui connaît également les surnoms de Trognon de pomme, de Sablier (attention à la confusion avec d’autres objets !) voire de Diabolo.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La Comète 71P / Clark

Crédit : Raul Villaverde Fraile

Explication: En parcourant ce magnifique champ de vision, la Comète 71P / Clark est vraiment au premier plan de ces nuages ​​cosmiques. La mosaïque télescopique à 2 panneaux est colorée et mesure environ 5 degrés (10 lunes pleines). Il capture la position de la légère comète dans la nuit du 23 au 24 mai à plus de 5 minutes de la Terre, très près de la ligne de vue de l’ étoile lumineuse Antares et du complexe de nuages ​​Rho Ophiuchi.

Dans le cadre , Antares , également connu sous le nom de Alpha Scorpii, est au centre inférieur entouré d’un nuage poussiéreux cosmique reflétant la lumière jaunâtre de l’étoile géante fraîche. Le groupe d’étoiles globulaire M4 brille juste à droite d’Antares, mais M4 se trouve à environ 7 000 années-lumière par rapport à la distance de 500 années lumière d’Antares.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La Nébuleuse de la Lagune, M8

Crédit d’image: Hubble , A. Caulet (ST-ECF, ESA ), NASA

Explication: Le centre de la nébuleuse de la lagune est un tourbillon spectaculaire de formation d’étoiles. Visibles en bas à gauche, au moins deux longs nuages ​​en forme d’entonnoir, d’une longueur d’ environ une demi-année, ont été formés par des vents stellaires extrêmes et une lumière étoilée énergétique intense. L’étoile étroitement lumineuse brillante, Hershel 36, allume la zone. Cette image, d’environ 5 années-lumière, a été prise en 1995 par le télescope spatial Hubble en orbite. La Nébuleuse de la Lagune, également connu sous le nom de M8, elle est à environ 5000 années-lumière loin vers la constellation du Sagittaire.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : la nébuleuse Spaghetti, Simeis 147

Crédit : Daniel López / IAC

Explication: Il est facile de se perdre dans les filaments complexes dans cette image détaillée de la supernova restant Simeis 147 qui a également le surnom populaire de la nébuleuse Spaghetti. Elle est d’environ 150 années-lumière à la distance estimée du nuage de débris stellaire de 3 000 années-lumière. Le reste de la supernova a un âge estimé à environ 40 000 ans, ce qui signifie que la lumière provenant de l’explosion stellaire massive a atteint la Terre il y a 40 000 ans.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : Le tourbillon cosmique

Cliquez sur l’image pour l’ahrandir

CréditNASA , CXC , GSFC , Stephen Walker, et al.

Explication: Le tourbillon cosmique et le flot de vagues géantes dans un immense réservoir de gaz chaud incandescent tracés dans cette image radiographique améliorée de l’ Observatoire de Chandra . Le cadre couvre plus d’un million d’années-lumière dans le centre du Perseus Galaxy Cluster situé à environ 240 millions d’années-lumière. 

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La galaxie des Antennes, NGC 4038 et NGC 4039

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit :  Subaru, NAOJ , NASA / ESA / Hubble

Explication: À quelque 60 millions d’années-lumière dans la constellation du sud de Corvus , deux grandes galaxies entrent en collision, cataloguées sous le nom de NGC 4038 et NGC 4039 , entrent très souvent en colère au cours de ce cataclysme lourd qui dure depuis des centaines de millions d’années, provoquant des épisodes furieux de formation d’étoiles près du centre de l’ épave cosmique . Au cours de plus de 500 mille années-lumière, cette vue étonnante révèle également de nouvelles grappes d’étoiles et de la matière jetée loin de la scène de l’accident par des forces de marée gravitationnelles . L’aspect visuel suggestif des structures d’arc étendues donne à cette paire de galaxies son nom populaire – The Antennae.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La nébuleuse de l’araignée rouge, NGC 6537

Crédit : NASA , ESA , Hubble , HLA

La nébuleuse de l’Araignée rouge (également appelée NGC 6537) est une nébuleuse planétaire dans la constellation du Sagittaire. L’étoile centrale, une naine blanche, le corps résiduel de l’étoile originelle, produit un vent puissant et chaud (~10 000 K) soufflant à une vitesse allant de 2000 à 4500 km/s, qui ont généré des vagues de 100 milliards de kilomètres de haut. Avec une température estimée à environ un demi-million de degrés, elle est sans doute l’une des étoiles les plus chaudes connues.

Bon week end à toutes et à tous

L’image du jour : La galaxie du marsouin, Arp 142

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Crédit : NASA , ESA , Hubble , HLA

Explication: La galaxie NGC 2936 est l’une des deux galaxies qui forment la paire Arp 142 . NGC 2936 était à l’origine une galaxie spirale. Sous l’effet de la force gravitationnelle de sa voisine NGC 2937, une galaxie elliptique, elle s’est toutefois tordue jusqu’à devenir méconnaissable. Son bulbe, aujourd’hui, forme l’œil de ce que certains astronomes appellent « le pingouin » ou le « marsouin.  L’image a été prise par le télescope spatial Hubble année dernière. Arp 142 est à environ 300 millions d’ années lumière dans la constellation, coïncidente, du Serpent d’ Eau ( Hydra ). Dans un milliard d’ années les deux galaxies fusionneront probablement dans une plus grande galaxie.

Bon week end à toutes et à tous