Serpent solaire repéré glissant sur la surface du Soleil (vidéo)

Capture d’écran.

Solar Orbiter a repéré un « tube » de gaz atmosphériques plus froids serpentant à travers le champ magnétique du Soleil. L’observation fournit un nouvel ajout intrigant au zoo de caractéristiques révélées par la mission Solar Orbiter dirigée par l’ESA, d’autant plus que le serpent était un précurseur d’une éruption beaucoup plus importante.

Le serpent a été vu le 5 septembre 2022, alors que Solar Orbiter s’approchait du Soleil pour un passage rapproché qui a eu lieu le 12 octobre. C’est un tube de plasma froid suspendu par des champs magnétiques dans le plasma environnant plus chaud de l’atmosphère du Soleil.

Le plasma est un état de la matière dans lequel un gaz est si chaud que ses atomes commencent à perdre certaines de leurs particules externes, appelées électrons. Cette perte rend le gaz chargé électriquement et donc sensible aux champs magnétiques. Tout gaz dans l’atmosphère du Soleil est un plasma parce que la température y est supérieure à un million de degrés centigrades.

Le plasma dans le serpent suit un filament particulièrement long du champ magnétique du Soleil qui s’étend d’un côté du Soleil à l’autre.

« Vous obtenez du plasma circulant d’un côté à l’autre, mais le champ magnétique est vraiment tordu. Donc, vous obtenez ce changement de direction parce que nous regardons vers le bas une structure tordue », explique David Long, Mullard Space Science Laboratory (UCL), Royaume-Uni, qui dirige l’enquête sur le phénomène.

Le film a été construit comme un time-lapse à partir d’images de l’Extreme Ultraviolet Imager à bord de Solar Orbiter. En réalité, le serpent a mis environ trois heures pour effectuer son voyage, mais aux distances impliquées pour traverser la surface solaire, cela signifie que le plasma devait se déplacer à environ 170 kilomètres par seconde.

Ce qui rend le serpent si intrigant, c’est qu’il a commencé à partir d’une région solaire active qui a ensuite éclaté, éjectant des milliards de tonnes de plasma dans l’espace. Cela soulève la possibilité que le serpent ait été une sorte de précurseur de cet événement – ​​et Solar Orbiter a tout capturé dans de nombreux instruments.

Pour le détecteur de particules énergétiques (EPD) du vaisseau spatial, l’éruption a été l’un des événements de particules énergétiques solaires les plus intenses détectés jusqu’à présent par l’instrument.

« C’est une très belle combinaison d’ensembles de données que nous obtenons uniquement de Solar Orbiter », déclare David.

Plus intrigant encore, le plasma de cette éruption, connue sous le nom d’éjection de masse coronale, a balayé la sonde solaire Parker de la NASA, permettant à ses instruments de mesurer le contenu de l’éruption.

Pouvoir assister à une éruption puis prélever les gaz éjectés, soit avec ses propres instruments, soit avec ceux d’un autre engin spatial, est l’un des principaux objectifs scientifiques de Solar Orbiter. Il permettra de mieux comprendre l’activité solaire et la manière dont elle crée la « météo spatiale », qui peut perturber les satellites et d’autres technologies sur Terre.

Solar Orbiter est une mission spatiale de collaboration internationale entre l’ESA et la NASA, opérée par l’ESA. Il a été lancé le 10 février 2020 et, plus tôt ce mois-ci, a célébré son 1000e jour dans l’espace.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s