Le mystère d’une carte des étoiles vieille de 5 500 ans (vidéo)

La destruction de Sodome et Gomorrhe dans le récit biblique, il y a 5 000 ans, a été corroborée de manière inattendue par une ancienne tablette d’argile sumérienne connue sous le nom de planisphère sumérien.

Selon un rapport surprenant de deux scientifiques qui ont passé huit ans à faire des recherches, la tablette, qui a dérouté les chercheurs pendant 150 ans, est en fait une description virtuelle d’un ancien astéroïde qui a détruit la ville de Sodome et Gomorrhe, tuant des milliers de personnes et causant la dévastation de plus de 386 000 miles carrés.

L’événement est appelé « l’événement de l’impact de Köfels » par les scientifiques et il serait lié à un grand épisode de glissement de terrain. L’impact lui-même équivaut à l’explosion de plus de 1 000 tonnes de TNT.

L’histoire de Sodome et Gomorrhe, tirée de l’Ancien Testament, raconte que le comportement « méchant » des habitants a offensé Abraham, qui a choisi de vivre ailleurs, mais qui a néanmoins supplié deux visiteurs angéliques – venus l’avertir de la disparition imminente des villes – de les épargner pour le bien de son neveu Lot, qui, malgré le refus d’Abraham, avait choisi de vivre à Sodome.

Lot et sa famille ont finalement été sauvés avant la fin, mais la femme de Lot qui – bien qu’elle ait été avertie de ne pas regarder en arrière lors de la conflagration finale – aurait été transformée en statue de sel.

Certains ont affirmé que la transformation en sel pourrait être une description appropriée de ce qui pourrait arriver à une personne trop proche de la grande chaleur d’une explosion nucléaire.

Basée sur une théorie de deux spécialistes des fusées, Alan Bond et Mark Hempsell, la tablette découverte par l’archéologue victorien Henry Layard dans les ruines du palais royal de Ninive est une description de l’astrologue sumérien sur le ciel nocturne du 29 juin 3123 avant JC, peu avant l’aube.

En utilisant les ordinateurs, ils peuvent recréer le ciel nocturne d’il y a des milliers d’années, et ont finalement localisé le récit du témoin oculaire sur la tablette. Bond et Hempsell ont déclaré que la tablette est une copie de l’an 700 avant JC d’une tablette beaucoup plus ancienne.

La moitié de la tablette montre la position des planètes et des nuages, tandis que l’autre moitié décrit le mouvement d’un objet ressemblant à un « bol de pierre » qui se déplace à une vitesse incroyable dans le ciel.

L’objet en mouvement rapide correspondrait à un type d’astéroïde connu sous le nom de type Aton, qui tourne autour du soleil à proximité de la terre. Sa trajectoire l’aurait mis sur une trajectoire de collision avec la vallée d’Otz.

Hempsell a déclaré : « Il est arrivé à un angle très faible – environ six degrés – et a ensuite heurté une montagne appelée Gaskogel à environ 11 kilomètres de Kofels. » Hempsell a ensuite expliqué comment l’objet a explosé alors qu’il descendait la vallée et a finalement produit un événement aux proportions littéralement bibliques.

Bond et Hempsell affirment que l’explosion aurait généré un énorme champignon atomique et rempli l’air d’une épaisse poussière sur des centaines de kilomètres ou « l’événement de l’impact de Kofels ».

Cependant, selon les géologues, l’événement de Kofels est généralement considéré comme ayant eu lieu il y a environ neuf mille ans, bien avant la date de 3123 avant J.-C. mentionnée dans les archives sumériennes. Bond et Hempsell pensent que l’erreur de datation est due à des échantillons contaminés utilisés dans l’analyse précédente.

D’autres chercheurs ne sont pas d’accord, ils disent que les affirmations de Bond et Hempsell sont controversées. John Taylor, archéologue retraité du British Museum, a déclaré que notre connaissance de la langue sumérienne était loin d’être complète et qu’il n’y avait aucune preuve que les anciens Sumériens étaient capables de créer de tels relevés astronomiques avec précision.

Que Bond et Hempsell aient raison ou non, il ne fait guère de doute que lorsqu’il s’agit de reconnaître les véritables avancées des anciens, la science dominante a un très mauvais bilan.

(Source : Atlantis Rising Magazine)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s