Des archéologues reconstituent le visage d’une femme de l’âge de pierre (vidéo)

Après plusieurs centaines d’heures de travail, le visage d’une femme préhistorique a pu être reconstitué en 3D. Une véritable travail d’orfèvre pour un résultat plus vrai que nature.

C’était en 1923. Les restes d’une femme, morte il y a près de 4 000 ans, avaient été retrouvés à Lagmansören, en Suède. À cette découverte s’ajoutait alors celle d’un petit garçon. Tous deux étaient enterrés dans une tombe Ciste (petite sépulture, s’apparentant à un cercueil, construite avec des pierres plates).

Aujourd’hui, le Västernorrlands Museum, en Suède, propose de découvrir la reconstitution en trois dimensions du visage de cette femme de l’âge de pierre. Et le résultat est bluffant.

Reconstitution 3D d’un visage après 4 000 ans

Pour ce faire, une équipe d’archéologues s’est associée au médecin légiste et artiste suédois Oscar Nilsson, connu pour avoir déjà exécuté des reconstitutions similaires : celle du visage d’une ancienne reine Wari, ancienne civilisation péruvienne, et celle du visage d’un homme de l’âge de pierre dont le crâne avait été retrouvé au bout d’une pique.

Comme pour ses précédents travaux, Oscar Nilsson a d’abord scanné le crâne de ladite femme préhistorique pour en faire une copie en plastique à l’aide d’une imprimante 3D. Pour déterminer l’épaisseur de ses tissus faciaux, il s’est ensuite appuyé sur son sexe, son âge (une vingtaine voire une trentaine d’années), son poids et sa taille (4 pieds et 11 pouces ce qui équivaut à 1m50) ainsi que sur son origine ethnique.

Les ossements étant dotés d’un patrimoine génétique trop dégradé, il a fallu pousser les recherches un peu plus loin afin de déterminer la carnation, ainsi que la couleur des cheveux et des yeux avec le plus de justesse possible. Oscar Nilsson a donc étudié les trois grandes vagues de migration de l’ancienne Scandinavie et les caractéristiques physiques de leurs acteurs.

Et c’est sur la seconde vague de migration (du sud vers le nord), datant d’il y a 5 000 à 4 000 ans et dont les hommes étaient globalement dotés d’une peau pâle, de cheveux noirs et d’yeux bruns, que l’artiste s’est référé. Et après 350 heures de travail, Oscar Nilsson est ainsi parvenu à reconstituer le fameux visage de cette femme ayant vécu pendant l’âge de pierre.

Des vêtements tannés comme à l’âge de pierre

Le choix des vêtements a, lui aussi, été réalisé avec minutie. Un défi relevé par l’archéologue suédoise Helena Gjaerum. Après avoir mené des recherches sur l’environnement – son climat, sa faune et sa flore – au sein duquel cette femme préhistorique devrait avoir vécu, la spécialiste a décidé de partir sur des vêtements en peaux de cerf, d’élan et des chaussures en peau de renne, de castor et de renard.

Pour ce faire, l’archéologue s’est procuré des restes d’animaux et a travaillé leurs peaux, et tanné leur cuir, selon les techniques de l’âge de pierre. Elles ont ainsi été plongées dans une rivière, afin que leur fourrure puisse aisément se détacher.

Une fois isolées, les fourrures ont ensuite été enduites d’une solution à base de… cervelle d’élan. Après quoi elles ont pu être bouillies, étirées, fumées, puis sculptées pour en faire des vêtements.

(Source : GEO)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s