Le premier humain de grande taille découvert au Levant (diaporama et vidéo)

Le fragment de vertèbre d’Homo erectus d’Ubeidiya vu sous différents angles. © A. Barash et al., Sci. Rep., vol. 12, article 1721, 2022 (CC BY 4.0)

La découverte d’une vertèbre partielle d’Homo erectus à Ubeidiya confirme que les premiers humains de grande taille se sont répandus en Eurasie après 1,5 million d’années.

Le Pléistocène s’étend de 2,58 millions d’années à 11 700 ans avant le présent. Comme presque tous les fossiles humains anciens datent de cette période, on considère que cette ère géologique couvre l’évolution d’Homo.

Elle est aussi celle pendant laquelle, à quatre reprises au moins, une vague de migration humaine est sortie d’Afrique vers l’Eurasie, avec chacune sa propre anatomie et ses propres outils de pierre.

La première fut celle d’une petite forme humaine de type H. habilis. Avec Omry Barzilai, de l’Autorité des antiquités d’Israël, Alon Barash et Ella Been, de l’université de Tel Aviv, viennent de découvrir une vertèbre humaine partielle, qui date de la deuxième vague d’expansion hors d’Afrique et de la première anatomie humaine de grande taille : celle d’H. ergaster (en Afrique, d’abord) et d’H. erectus (en Eurasie).

Pour la majorité des préhistoriens, le genre Homo a émergé en Afrique il y a plus de 2 millions d’années sous des formes sans doute proches d’H. habilis. D’une stature de 1,40 mètre, pour 35 à 45 kilogrammes, H. habilis avait une capacité crânienne de 550 à 700 centimètres cubes.

La cognition qui y est associée lui suffisait pour affûter des galets en aménageant une de leurs faces ou pour exploiter le tranchant des gros éclats ainsi produits, dans ce que l’on nomme l’« industrie oldowayenne ». H. ergaster, son descendant probable, est attesté en Afrique à partir de 1,9 million d’années. Il atteignait 1,70 mètre pour 50 à 65 kilogrammes.

Comprise entre 550 et 1 050 centimètres cubes, sa capacité crânienne a lentement augmenté alors que se perfectionnaient ses outils à tout faire.

Ceux-ci, des galets et éclats aménagés sur les deux faces – les bifaces et hachereaux – et de grands éclats tranchants constituent l’« industrie acheuléenne ». H. ergaster et son industrie se sont très tôt répandus en Eurasie méridionale, y devenant ce que les préhistoriens nomment H. erectus. Mais quand exactement ? C’est là que les chercheurs israéliens apportent une information cruciale.

En réétudiant les ossements animaux du site israélien d’Ubeidiya, ils ont remarqué que le fossile UB 10749, issu d’une couche datée de 1,5 million d’années, était un corps vertébral, c’est-à-dire la partie massive d’une vertèbre.

Ubeidiya consiste en une série de sols d’occupation humaine de bord de lac, durcis et redressés de 70 degrés par les forces tectoniques.

Outre des restes de faune, ses 60 niveaux d’occupation ont livré plus de 10 000 outils acheuléens et quelques dents humaines, dont une attribuée à H. ergaster/erectus.

Comparant UB 10749 aux corps vertébraux des gros mammifères présents à Ubeidiya, les chercheurs ont montré qu’il était homininé. Le rapport largeur/hauteur, et certains de ses autres traits prouvent par ailleurs son appartenance à la lignée humaine.

Le manque d’ossification des canaux neuraux et d’autres zones indique que ce corps vertébral a appartenu à un individu prépubère de 6 à 12 ans. Paramétrées par cet âge, les équations biométriques conduisent à une taille de 1,80 mètre à l’âge adulte.

Ainsi, UB 10749 est une vertèbre partielle d’H. ergaster à grand corps, mort à deux pas de l’Afrique, donc celle d’un H. erectus ! Hors Ubeidiya, seulement huit sites eurasiens ont livré des fossiles humains datant du Pléistocène inférieur :

Venta micena (Espagne, 1,4 Ma), Modjokerto (Indonésie, 1,4 Ma), Sangiran (Indonésie, 1,3 Ma), Sima del Elefante (Espagne, 1,2 Ma), Koçabas (1,2 ma), Kozarnika (Bulgarie, 1,4 million d’années et Dmanissi (Géorgie, 1,8 Ma). À Dmanissi, c’est un type petit, proche d’H. habilis, qui est représenté, puisque les cinq crânes trouvés sur place ont tous une capacité cérébrale comparable au premier Homo connu.

Les préhistoriens ont attribué les fossiles humains de tous les autres sites à H. erectus. L’ensemble de ces dates montre donc qu’après une première sortie d’Afrique de petites formes humaines avant 1,8 million d’années, une expansion hors d’Afrique d’H. ergaster/H. erectus a commencé vers 1,5 million d’années.

Cette expansion est celle du premier type humain de grande taille, qui deviendra dominant dans tout l’Ancien Monde et le restera jusqu’à aujourd’hui.

(Source : Science)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s