Cet adorable robot remue le grain pour protéger les agriculteurs (vidéo)

Deux étudiants ont construit un robot pour aider les agriculteurs à gérer les silos à grains, leur évitant d’avoir à entrer eux-mêmes dans les énormes conteneurs – et risquant d’être enterrés vivants dans le processus.

La machine, appelée robot Grain Weevil, a été inventée par des étudiants de l’Université du Nebraska Omaha (UNO). En cas de succès, elle pourrait sauver des dizaines de vies chaque année.

Gestion des silos : Si les agriculteurs ne gèrent pas activement leur grain, qui est stocké dans d’énormes silos, ils risquent qu’il se détériore avant de pouvoir le vendre.

Une partie de cela consiste à s’assurer que le grain reste sec, car l’humidité peut le gâter. Cela peut également provoquer l’agglutination du grain, ce qui empêche le grain de s’écouler au moment de décharger le bac.

Pour lutter contre l’humidité, les agriculteurs se tiennent debout sur le grain tout en utilisant des outils pour briser les touffes, permettant au grain de sécher. Ils entreront également dans le bac pour niveler le grain, en s’assurant qu’il est à la même profondeur et qu’il ne s’empile pas dans une seule partie, maximisant ainsi l’espace de stockage.

Le défi : Le grain peut parfois céder sous les pieds d’un agriculteur dans un bac, le faisant se coincer dans ou sous le grain.

En 2020, il y a eu 35 cas de piégeage de céréales dans des fermes américaines – et 20 d’entre eux ont été mortels. Les victimes de ces accidents dans les silos à grains sont souvent des enfants et des adolescents , qui sont exemptés de nombreuses réglementations du travail s’ils travaillent dans des exploitations familiales.

« Cela ne semble pas beaucoup quand on regarde les chiffres, mais ce sont des décès totalement évitables », a déclaré Zane Zents, ingénieur logiciel en chef du robot Grain Weevil, à NTV News . « C’est quelque chose auquel je ne pense pas que nous devrions encore faire face au 21e siècle. »

Le charançon du grain : un autre étudiant de Zents, Ben Johnson, étudiait le génie électrique à l’ONU lorsqu’il a reçu une demande spéciale d’un ami agriculteur, Zach Hunnicutt.

 » Hé, regardez, vous construisez des robots. Pourquoi ne me construisez-vous pas un robot pour que mes enfants et moi n’ayons plus jamais à entrer dans un silo à grains ? »

Johnson a décidé de tenter le coup et, avec Zents, il a conçu et construit le robot Grain Weevil.

Comment ça marche : Le robot Grain Weevil pèse 12 kg et a à peu près la taille et la forme d’un sac à dos. Son corps repose sur deux hélices en forme de vis, qui tournent pour entraîner le robot à travers le grain, brisant et nivelant le grain en dessous.

Une fois que le robot est dans un silo à grains, un agriculteur utilise une télécommande pour le conduire (bien qu’une version autonome soit en préparation). S’il est accidentellement enterré, le robot Grain Weevil peut s’en sortir.

Les prochaines étapes : L’équipe Grain Weevil développe toujours le robot agricole , et la prochaine étape du processus consiste à lui donner une formation sur le tas.

« Nous ne sommes pas encore disponibles dans le commerce », a déclaré à AgWeb le PDG de Grain Weevil, Chad Johnson (le père de Ben Johnson). « Nous commençons six essais à la ferme pour soumettre la technologie à des centaines d’heures de tests afin de nous assurer qu’elle est prête à être utilisée par les agriculteurs en toute sécurité. »

« Nous n’avons pas encore finalisé le coût du charançon du grain, mais nous avons une idée générale et un objectif de moins de 4 000 dollars par unité », a-t-il ajouté. « Cependant, de nombreux facteurs sont encore en jeu pour le prix final. »

(Source : Freethink)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s