Il fabrique des vélos en bambou (vidéo)

Un vélo en bambou dans l’atelier de Louis Segré, un artisan de Charente Limousine qui croit au potentiel commercial de cette curiosité. – © Gamory Cycles

Le bambou est-il l’avenir du vélo ? C’est la conviction d’un artisan de Charente Limousine qui fabrique des vélos en bambou, dans son atelier de Saint-Maurice-des-Lions.

L’idée ne vous a peut-être jamais effleuré, mais si vous êtes passionné de cyclisme, vous pourrez bientôt vous offrir un vélo en bambou made in France. Un vélo fabriqué précisément en Charente Limousine, dans l’atelier de Louis Segré, installé à Saint-Maurice-des-Lions

. Cet ancien navigateur, habitué des courses au large en voilier, en a fait son nouveau métier, en fondant l’entreprise Gamory Cycles. Il se confie sur cette aventure aux allures de lubies, qui pourrait bien rencontrer un véritable succès commercial.

Lorsqu’il devient artisan, il y a deux ans, Louis Segré sait qu’il veut faire des vélos. Il pense d’abord les fabriquer en acier, avant de découvrir les vertus du bambou. Utilisé depuis plus de 100 ans par des fabricants anglais, ce matériaux à de nombreuses qualités.

 « Ça fait des beaux vélos, qui méritent à être bien plus connus qu’ils ne le sont. Ils sont légers, confortables à rouler. Et solides ! » 

Le patron de Gamory Cycles l’a lui-même expérimenté avec les deux prototypes conçus pour lui et sa compagne il y a deux ans. Il a tenté de les pousser au bout de leur limites et le verdict est sans appel : 

« J’ai réussi à casser les roues, les rayons, la transmission, mais je n’ai pas encore réussi à casser le cadre en bambou ! » 

Solides, mais aussi légers et esthétiques, voilà donc les atouts des vélos en bambou selon lui.

Bientôt les premières commandes

Avant de commencer à vendre ses vélos, l’artisan s’est fixé pour objectif d’en fabriquer dix, afin d’éprouver sa méthode de fabrication et son savoir-faire.

Aujourd’hui, il se trouve donc à un moment charnière puisqu’il espère bientôt enregistrer ses premières commandes. Louis Segré sait qu’il faudra de solides arguments pour convaincre, mais il est sûr du potentiel de ses vélos. 

« Ils sont longs à fabriquer, donc ils peuvent être assez chers, mais il y a des passionnés qui peuvent être intéressés par ce genre de produits. Surtout qu’en ce moment c’est assez porteur le vélo. »

 L’artisan se dit donc confiant pour l’avenir de sa petite entreprise.

(Source : France Bleu)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s