Taïwan : Une invasion de crapauds-buffles inquiète les autorités (vidéo)

Des bénévoles s’affairent pour tenter d’endiguer la prolifération de cette espèce toxique, qui n’a rien à faire dans la région.

Gants de protection aux mains et lampe de poche au poing, des dizaines de bénévoles de la Société taïwanaise de conservation des amphibiens ont travaillé toute la nuit pour fouiller les rizières et les potagers à la recherche de leur proie: le crapaud-buffle.

À Taïwan, les crapauds sont un symbole de prospérité, mais cette découverte inattendue a poussé autorités et écologistes à prendre des mesures pour contenir leur propagation.

Il ne devrait y avoir aucune raison pour que ces amphibiens de grande taille et hautement toxiques existent à Chaotun, une commune située sur les contreforts de la chaîne de montagnes centrale de Taïwan.

Originaire d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, cette espèce avait déjà causé des dégâts en Australie et aux Philippines mais n’avait jamais été signalée à Taïwan.

Jusqu’au mois dernier, quand une habitante a signalé en avoir vu dans son potager.

«Une opération de recherche rapide et massive est cruciale lorsque des crapauds-buffles sont découverts pour la première fois», explique à l’AFP Lin Chun-fu, un scientifique spécialiste des amphibiens à l’Institut de recherche sur les espèces endémiques. «Leur taille est très importante et ils n’ont pas d’ennemis naturels ici à Taïwan», ajoute-t-il.

Une espèce invasive dangereuse

Peu après la mise en ligne de la photo, Yang Yi-ju, experte à l’Université nationale Dong Hwa, a envoyé un groupe de volontaires de la Société de conservation des amphibiens pour enquêter. Arrivés au potager, ils ont été choqués de trouver 27 crapauds dans les environs immédiats.

Les intrus ont rapidement été identifiés comme étant des rhinella marina, reconnaissables aux grandes glandes partoïdes situées derrière leurs oreilles, qui sécrètent un poison.

Les crapauds-buffles sont une espèce invasive dangereuse. Prédateurs voraces, ils se reproduisent très facilement et sont toxiques, un mécanisme de défense particulièrement dangereux pour les chiens qui pourraient les lécher ou les mordre.

Les agriculteurs locaux ont déclaré aux défenseurs de l’environnement qu’ils avaient remarqué l’arrivée de ces gros crapauds, mais ne l’avaient jamais signalée.

«Les agriculteurs taïwanais ignorent généralement les crapauds et les voient même favorablement, car ils aident à débarrasser la terre des parasites et sont réputés porter chance», a expliqué Yang. «Il ne leur est jamais venu à l’esprit qu’il s’agissait d’une espèce invasive venue d’un pays étranger».

(Source : AFP)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s