Fantômes dans le monde antique : mésoaméricains (vidéo)


Palenque, Haut Du Palais, était Une Civilisation Maya Précolombienne De Mésoamérique. Connu Comme Lakamha

Dans le système de croyance maya , les fantômes persistants tels que ceux qui habiteraient Bangarh étaient intolérables et devaient être tenus à distance par des charmes et des amulettes ou renvoyés dans le monde souterrain par l’intercession d’un gardien du jour (chaman).

 L’idée maya de l’au-delà était similaire à la vision mésopotamienne selon laquelle le monde souterrain était un endroit sombre et terrible, mais les Mayas ont poussé la vision encore plus loin : dans le monde souterrain maya (connu sous le nom de Xibalba ou Metnal), il y avait de nombreux seigneurs des morts qui pouvait tromper l’âme du défunt alors qu’elle cherchait son chemin vers le paradis.

Une fois que l’âme est descendue dans ce monde souterrain, c’était un voyage dont il n’y avait pas de retour en arrière. Les fantômes, comme pour les autres cultures mentionnées, ne devaient pas revenir dans le royaume terrestre. L’esprit quitterait le corps et serait conduit à travers une grande étendue d’eau par un chien spirituel qui aiderait ensuite l’âme à naviguer à travers les divers voyages et pièges des seigneurs de Xibalba pour atteindre l’arbre de vie que l’âme devait ensuite escalader. jusqu’au paradis.

Les esprits qui revenaient, par conséquent, étaient considérés comme contre nature à moins que, comme dans d’autres cultures, ils n’apparaissent dans les rêves et soient reconnaissables en tant qu’amis ou membres de la famille (même si cela n’a pas toujours été le cas). Les Mayas préféraient croire que les morts qui n’étaient pas au repos parfait pouvaient revenir sous forme de plantes bénéfiques ou à éviter.

Le meilleur exemple de cette croyance est la Légende du Xtabay qui raconte l’histoire de deux belles femmes, Xkeban et Utz-Colel. Xkeban a été maltraitée par les gens respectables de la ville parce qu’elle avait eu des relations sexuelles illégales avec un homme en dehors du mariage, mais elle était aimée par les classes inférieures en raison de sa bonté de cœur et de sa gentillesse envers tous. Utz-Colel était très appréciée des classes supérieures parce qu’elle venait d’une bonne famille et respectait toute l’étiquette sociale, mais elle était dure et cruelle et ne se souciait que d’elle-même.

Un jour, un parfum étrange et enivrant remplit le village et, lorsque les pauvres gens l’ont suivi jusqu’à sa source, ils sont venus à la hutte de Xkeban et l’ont trouvée morte à l’intérieur pour une cause inconnue. Le parfum délicieux émanait de son corps. Ils l’ont enterrée et, le lendemain, ont trouvé de belles fleurs sauvages poussant partout sur sa tombe qui portaient le même parfum qu’elles avaient connu la veille.

Peu de temps après, Utz-Colel mourut mais, de son corps s’élevait une odeur terrible. Les gens respectables du village l’ont enterrée en grande pompe en tant que femme bonne et noble et ont planté de nombreuses fleurs mais, le lendemain, les fleurs étaient tombées et étaient mortes. De sa tombe a ensuite poussé la fleur connue sous le nom de Tzacam qui n’a pas d’odeur tandis que, de la tombe de Xkeban, a poussé la fleur de Xtabentun qui sent bon, et les âmes des deux femmes se sont imprégnées de leurs fleurs respectives.

Quand Utz-Colel a découvert qu’elle était une fleur piquante sans parfum, elle était jalouse de Xkeban et croyait que le péché d’amour physique de Xkeban lui avait en quelque sorte apporté une telle prospérité. Elle s’est liguée avec les esprits sombres de Xibalba pour la ramener à la vie afin qu’elle puisse maintenant avoir des relations sexuelles avec qui elle veut et être aussi bénie que Xkeban. 

Utz-Colel n’a cependant pas compris que l’acte de Xkeban avait été motivé par l’amour alors que celui d’Utz-Colel était motivé par l’ambition. Elle a été ramenée sur terre sous le nom de Xtabay, la fleur qui pousse à partir du cactus Tzacam mais prend parfois une forme humaine et attend les voyageurs à la croisée des chemins. Si un homme fait attention à elle, elle le séduit puis le tue tandis que, si le voyageur est une femme, elle la punit en affligeant sa tranquillité d’esprit.

Les Aztèques ont une entité similaire dans leurs croyances qui est en fait plus proche des churails de l’Inde. L’ esprit aztèque est connu sous le nom de Cihuateteo et est le fantôme d’une femme morte en couches. Ces esprits hantaient également les carrefours mais ignoraient les voyageurs masculins ; ils attendaient des femmes avec des enfants, puis les frappaient et volaient leurs enfants. On pensait également qu’ils pouvaient se faufiler dans les maisons la nuit pour y enlever des enfants.

Des amulettes et des charmes étaient accrochés aux portes et aux fenêtres pour éloigner le cihuateteo. Dans le système de croyance aztèque, les fantômes étaient également des invités indésirables qui n’apportaient que de mauvaises nouvelles ou servaient de présages de malheur. Comme les Mayas, les Aztèques considéraient que l’au-delà était un lieu sombre de non-retour et donc, lorsqu’un esprit revenait, c’était une indication claire que quelque chose s’était mal passé ou le serait bientôt.

Comme avec les Mayas et les Tarasques, les Aztèques croyaient que les chiens pouvaient voir et protéger contre les fantômes, et enterraient donc leurs morts avec des chiens qui servaient ensuite l’âme dans l’au-delà comme guide à travers le monde souterrain et comme guide. protecteur contre les fantômes. Les Tarasques étaient profondément troublés par la peur des fantômes et ont ainsi développé le concept du chien spirituel.

 On pensait que les fantômes étaient les esprits de ceux qui avaient été mal enterrés, qui étaient morts seuls lors d’une chasse et n’avaient jamais été retrouvés, ou qui s’étaient noyés. Ces esprits reviendraient hanter les vivants jusqu’à ce que leurs corps soient retrouvés et correctement enterrés avec des cérémonies. Le problème, bien sûr, était que les corps étaient introuvables. Dans ces cas,

Les morts étaient célébrés dans les cultures mésoaméricaines au lieu d’être pleurés, ce qui a donné lieu à l’événement connu aujourd’hui sous le nom de Le Jour des Morts (El Dia de los Muertos). La communauté se rassemble ce jour-là pour se souvenir de ceux qui sont passés de l’autre côté et pour célébrer leur vie. À l’origine, les Aztèques honoraient la déesse des enfers, Mictecacihuatl, lors de ce festival, puis honoraient les âmes des enfants décédés, puis des adultes passés de l’autre côté. 

Le festival avait lieu pendant la période de la récolte du maïs (fin juillet à août), mais après la conquête espagnole , il s’est déplacé en novembre pour coïncider avec la Toussaint de l’église catholique.

(Source : World History)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s