Fantômes dans le monde antique : l’Egypte (vidéo)

Des chercheurs ont découvert qu’une tablette d’argile vieille de 3.500 ans conservée au British Museum étaient en fait  la plus ancienne représentation de fantômes jamais découverte

Dans l’Egypte ancienne, le retour d’un fantôme était également considéré comme une affaire très sérieuse. Pour les Égyptiens, la non-existence était un concept intolérable, et on croyait qu’à la mort, l’âme se rendait dans la salle de la vérité où elle était jugée par Osiris et les 42 juges en faisant peser son cœur en balance avec la plume blanche. de la vérité; si le cœur était plus léger que la plume, l’âme passait dans l’au-delà, tandis que s’il était plus lourd, il était jeté au sol où il était mangé par un monstre et l’âme cesserait d’exister.

Le cœur serait plus léger si l’on avait vécu une bonne vie et plus lourd si ce n’était pas le cas. L’au-delà était connu sous le nom de Champ de roseaux , qui était une image miroir de sa vie sur terre en Égypte. On apprécierait la maison qu’on connaissait, le ruisseau près de cette maison, son arbre et son chien préférés, et donc il n’y avait aucune raison pour qu’une âme veuille revenir sur terre à moins que cette âme n’ait une très bonne raison de le faire.

Dans la première période de l’Égypte, l’âme était considérée comme une entité unique connue sous le nom de Khu , l’aspect immortel d’un individu, mais, plus tard, on pensait que l’âme était composée de cinq composants différents. Deux de ces composants, le Ba et le Ka (esprit et personnalité), se sont réunis après la mort sous la forme de l’ Akh , et c’était cette entité qui reviendrait sous forme de fantôme. Si les rites appropriés n’avaient pas été observés lors de l’enterrement, ou si un péché avait été commis par les vivants avant ou après la mort de la personne, l’Akh recevait la dispense des dieux de retourner sur terre pour réparer le tort.

Les vivants harcelés par le fantôme devraient plaider leur cause directement auprès de l’esprit rendu dans l’espoir d’une réponse raisonnable et, si cela était inefficace, il faudrait qu’un prêtre intervienne et juge entre les vivants et les morts. Un exemple de ceci serait comment, lorsque le malheur est tombé sur un veuf, il a d’abord été attribué à un « péché » qu’il avait caché à sa femme pour lequel elle, maintenant omnisciente dans le Champ des Roseaux, le punissait. Dans une lettre d’un veuf à sa femme décédée retrouvée dans une tombe du Nouvel Empire , l’homme supplie l’esprit de sa femme de le laisser tranquille car il est innocent de tout acte répréhensible :

Quelle mauvaise chose t’ai-je fait pour que je sois arrivé à cette mauvaise passe ? Que t’ai-je fait ? Mais ce que tu m’as fait, c’est de m’avoir imposé les mains alors que je n’avais rien de méchant envers toi. Depuis le temps où j’ai vécu avec toi en tant que ton mari jusqu’à aujourd’hui, que t’ai-je fait que j’aie besoin de cacher ? 

Quand tu es tombé malade de la maladie que tu avais, j’ai fait aller chercher un maître-médecin… J’ai passé huit mois sans manger ni boire comme un homme. J’ai beaucoup pleuré avec ma famille devant ma rue. J’ai donné des vêtements de lin pour t’envelopper et je n’ai laissé aucun avantage à accomplir pour toi. 

Et maintenant, voici, j’ai passé trois ans seul sans entrer dans une maison, bien qu’il ne soit pas juste qu’un homme comme moi ait à le faire. J’ai fait ceci pour toi. Mais voici, tu ne connais pas le bien du mal.

S’ils sont correctement enterrés avec des rites adéquats et continuellement rappelés, les esprits des morts pourraient être d’un grand bénéfice pour les vivants et veiller sur eux tout au long de leur vie. Il y avait une différence significative, cependant, dans la compréhension égyptienne d’un « esprit » qui résidait paisiblement dans le Champ des Roseaux et d’un « fantôme » qui retournait sur terre.

Des chercheurs ont découvert qu’une tablette d’argile vieille de 3.500 ans conservée au British Museum étaient en fait  la plus ancienne représentation de fantômes jamais découverte.

Au fin fond du British Museum, le plus ancien dessin de fantôme jamais répertorié vient d’être identifié sur une tablette d’argile vieille de 3500 ans. Il prend la forme d’un homme barbu qui, les poings liés, se fait guider par une femme, très probablement vers l’au-delà.  Une découverte qui n’a été faite que très récemment alors même que cet artefact faisait partie du musée depuis le XIXème siècle.

Ce qui s’explique par le fait que le dessin du fantôme n’est visible que lorsqu’il est vu sous un certain angle d’en haut et sous une lumière directe. Selon les chercheurs, cette partie de tablette devait appartenir à la base à un ensemble formant un guide à destination d’un exorciste.

En effet, à l’arrière du fragment, des instructions sur la conduite à adopter en cas de harcèlement par un fantôme ont été déchiffrées. On conseille entre autres à l’exorciste de se concentrer sur la raison pour laquelle cette âme erre dans le monde des vivants.

Une tablette d’apprentissage pour l’exorcisme

Au-delà d’être la plus ancienne représentation de fantôme connue à ce jour, cette tablette nous enseigne également comment exorciser un  fantôme.

En plus de conseiller de comprendre les raisons pour lesquelles le défunt erre dans le monde des vivants, la tablette recommande également de fabriquer des figurines d’un homme et d’une femme, à la manière de petite poupées vaudous. Un rituel d’exorcisme y est également décrit, il consiste à utiliser un récipient spécial et dresser un encensoir de genièvre puis il faut disposer les figurines avec leur équipement, les placer en position et prononcer la phrase comme suit, Shamash.

Pour les chercheurs la tablette faisait probablement partie de la bibliothèque personnelle d’un exorciste, reste à savoir si les formules qui y sont retranscrites fonctionnent toujours.

(Source : World History, Live Science)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s