le Jeu de Paume de Rennes, la réalité virtuelle au service de l’Histoire (vidéo)

Nouveau dans cette fonction d’équipement de quartier, le Jeu de Paume a pourtant une histoire tout à fait singulière, dans le centre-ville de Rennes.

Construit en 1605, le Jeu de Paume dit le Pélican est au XVIIème siècle un haut lieu du sport rennais. A partir de 1686, le bâtiment est transformé successivement en chapelle, puis en lingerie de l’hôpital Ambroise Paré (1793), et finalement en bureaux municipaux (1994).

Lors de la rénovation pour le projet d’équipement de proximité, des études du bâti et des fouilles archéologiques sont menées de 2011 à 2014 et permettent de découvrir sa structure initiale, conservée tout au long de son évolution. Reconnue comme la plus ancienne salle en élévation conservée en France, elle est inscrite au titre des monuments historiques en 2012.

À Rennes, la situation à la fois proche mais extra-muros des faubourgs a constitué, au XVIIe siècle, un emplacement privilégié pour la construction de plusieurs jeux de paume. Ainsi le quartier Saint-Aubin, au nord de la ville, n’en comptait-il pas moins de six, dont la salle du Pélican. La paume était un sport alors à son apogée, qui générait des rassemblements importants et mêlait toutes les classes sociales. Cette promiscuité a d’ailleurs terni l’image du jeu, et les tripots (autre dénomination des lieux où se pratiquait le jeu de paume) ont rapidement été assimilés à des lieux de débauche.     

Édifiée dans la première décennie du XVIIe siècle, à deux pas de l’actuelle place Sainte-Anne, la salle du Pélican n’aurait laissé aucun souvenir si elle n’avait été redécouverte en 2011 par Élodie Baizeau, architecte du patrimoine, et la société Dendrotech, spécialisée dans la dendrochronologie et l’étude des charpentes. À la fin du XVIIe siècle, en effet, la pratique du jeu est délaissée. Le bâtiment, devenu la propriété de l’évêché de Rennes en 1686, est intégré à un ensemble à vocation religieuse, dit Grand Séminaire.

La salle de jeu est transformée en chapelle : on remonte à cette occasion le pignon sud, on édifie un transept matérialisé par deux extensions et la charpente reçoit une voûte lambrissée. À la Révolution, le Grand Séminaire devient hôpital militaire, et sa chapelle un lieu de stockage et de lingerie avant d’être dédiée au logement des religieuses. Récemment encore, l’ancienne salle accueillait des bureaux.   

Les caractéristiques architecturales du jeu de paume ont donc permis de faire évoluer le bâtiment au cours des siècles en l’adaptant à de nouveaux besoins sans que sa démolition ne soit pour autant envisagée. À travers l’étude du bâti menée en 2014, l’enjeu principal a consisté à retrouver les dispositions anciennes de la salle du Pélican, qui est à ce jour, avec celle de Chinon, une des plus anciennes salles de jeu de paume conservées en France. Si le volume d’origine est encore parfaitement perceptible, les recherches des archéologues ont permis de restituer les parties disparues et d’appréhender l’organisation primitive de l’édifice, avec ses galeries hautes et basses, son mur de bricole…     

Parallèlement, une recherche dans les archives de la ville a indiqué que les propriétaires successifs de la salle du Pélican appartenaient à de grandes familles de parlementaires rennais, ce qui souligne que le jeu de paume était aussi une activité lucrative.

La redécouverte de ces espaces de loisirs tempère un peu l’image pieuse du quartier, portée notamment par le couvent des Jacobins, où le culte à Notre-Dame de Bonne Nouvelle est également à son apogée au XVIIe siècle.

(Source : Apras)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s