La grenouille, mal-aimée des contes et légendes (audio)

© Jill Wellington

Contes et légendes sont peuplés d’animaux fantastiques. Les grenouilles et les crapauds y sont particulièrement bien représentés.

Dans la Bible, la grenouille est l’une des sept plaies d’Egypte.

« Aaron étendit sa main sur les eaux de l’Égypte; et les grenouilles montèrent et couvrirent le pays d’Égypte. », peut-on lire dans le chapitre 8 du livre de l’Exode.

Et ce n’est pas, loin s’en faut, la seule mention négative de la grenouille dans la Bible. Elle est décrite comme « impure » dans le livre de l’Apocalypse, associée à des maléfices, des punitions, perçue comme un animal annonciateur d’une catastrophe.

La grenouille et le crapaud, que l’on considère souvent dans les contes comme le mâle et la femelle d’une même espèce, sont tantôt des animaux mal aimés, tantôt des créatures à qui l’on prête des pouvoirs magiques…mais souvent inquiétants.

Grenouille, symbole maléfique

Pour les Chinois et certaines tribus amérindiennes, la grenouille est associée à la pluie et aux intempéries. Aussi crainte que respectée, la grenouille était plutôt considérée au Moyen Âge en Europe comme un animal diabolique, porteur de pouvoir surnaturels susceptibles d’influer sur la vie des hommes.

Dans les contes, l’aspect disgracieux de la grenouille est toujours mis en avant. Elle est l’animal que l’on fuit, que l’on exècre, celui que l’on refuse d’approcher et de toucher en raison de la crainte qu’elle inspire.

La grenouille se transforme en prince

La grenouille est associée au phénomène de la métamorphose. De têtard elle se transforme pour devenir grenouille, de larve évoluant dans l’eau elle est ensuite capable d’évoluer sur la terre ferme. On comprend pourquoi grenouilles et crapauds ont inspiré les écrivains !

Dans Le Roi Grenouille ou Henri de Fer, les frères Grimm content l’histoire d’une belle princesse faisant la rencontre fortuite d’une grenouille alors qu’elle avait fait tomber une balle en or au fond d’une fontaine. La grenouille lui proposa son aide, demandant à la jeune fille de l’accepter près d’elle dans son château. Cette dernière voulut rompre sa promesse mais son père l’y contraint. Princesse et grenouille cohabitèrent ainsi, jusqu’à ce que le batracien veuille rejoindre la belle dans son lit. Dégoutée par sa misérable apparence, elle jeta violemment l’animal contre le mur…Et celui-ci se transforma en prince charmant.

Dans d’autres versions du conte, la grenouille est brûlée ou même décapitée. Pourtant, quelle version de l’histoire lisons nous aux enfants aujourd’hui ? Celle d’un baiser d’amour déposé par la princesse sur les lèvres de la grenouille.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, nous vous conseillons la lecture de Contes et légendes de la grenouille, Anne Marchant (Hesse, 2011).

(Source : GEO)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s