L’horloge fleurie de Genève sonne l’alarme sans raison (vidéo)

L’alarme se déclenche sans raison. Des plantes qui poussent trop vite pourraient en être la cause.

Les riverains du Jardin anglais ne vivent pas des nuits toujours très tranquilles. Tout comme la plaine de Plainpalais, le lieu est prisé des noctambules lors des beaux jours, ce qui génère ici aussi un volume important de nuisances sonores et quelques plaintes déposées auprès de la police.

Mais ce n’est pas tout: depuis quelque temps, l’Horloge fleurie provoque elle aussi du bruit dont ces habitants se passeraient bien.

Certains d’entre eux ont contacté la Ville de Genève, qui gère l’installation et qui nous a confirmé avoir été interpellée à ce sujet. En effet, l’alarme censée protéger le site se déclenche souvent, parfois même en pleine nuit, alors que personne n’est en train de piétiner l’horloge.

Le son produit est alors puissant et dure un certain temps, cela peut aller jusqu’à une quarantaine de sonneries durant une dizaine de minutes, nous raconte une riveraine.

Des plantes qui poussent trop vite

L’explication? Probablement un bug technique dû à la météo très humide de cet été, selon la Ville. «Certaines plantes sur l’Horloge fleurie ont poussé bien plus vite que prévu en raison de la pluie, indique Anna Vaucher, chargée de communication au Département des finances, de l’environnement et du logement.

Dès lors, elles se sont mises à interférer avec le détecteur, déclenchant ainsi inopportunément le système de sécurité.» Ces végétaux vont être changés d’ici au début de la semaine prochaine et remplacés par d’autres plantes plus basses. Ils seront néanmoins récupérés et conservés, précise la Ville, qui indique que cette explication est la plus plausible mais n’est pas encore à 100% confirmée.

Plusieurs actes de vandalisme

L’Horloge fleurie est effectivement équipée d’une alarme depuis 2017, suite à une recrudescence d’actes de vandalisme. En 2016, la Ville de Genève avait recensé jusqu’à 55 plaintes liées à des déprédations, un chiffre en constante augmentation.

 À titre d’exemple, lors de la Lake Parade 2014, les fleurs de ce célèbre symbole genevois avaient été piétinées et son mécanisme forcé par deux fêtards, qui s’étaient mis en tête de faire tourner les aiguilles. La Ville avait rapidement réparé les dégâts, l’horloge ne pouvant pas se permettre d’indiquer une heure erronée. Elle avait également déposé une plainte, tout en annonçant vouloir sécuriser le site.

À l’époque, une simple caméra surveillait les lieux. Depuis, un détecteur de présence a été installé au sommet de la butte, qui enclenche une sirène et un signal lumineux en cas d’intrusion dans le périmètre, tout en avertissant une centrale d’alarme. La barrière qui entoure le monument a aussi été rehaussée. Depuis l’entrée en vigueur de ces mesures, les déprédations ont cessé, indique la Ville.

La police a enregistré 20 plaintes pour bruit dans le quartier en 2020, surtout durant la période estivale. Cette année, elle en a recensé dix, éparpillées entre le mois de mars et le mois de juillet. Un chiffre relativement faible, étant donné que le quartier est assez peu peuplé.

(Source : La Tribune de Genève)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s