Les gravures rupestres cachées d’Abourma à Djibouti (vidéo)

Abourma, dans le nord de Djibouti, est l’un des plus importants sites d’art rupestre de la Corne de l’Afrique.

Cette région possède un riche patrimoine archéologique et est connue comme le « berceau de l’humanité ». Les gravures rupestres sont particulièrement intéressantes car elles montrent des animaux qui ne vivent plus dans cette région – une indication de la façon dont l’environnement a changé au cours des 7 000 dernières années. Et pourtant, très peu de personnes en dehors de la région le savent.

L’art rupestre caché de Djibouti offre une fenêtre sur le passé

De loin, les falaises noires semblent sans relief, brûlées par le soleil ardent du désert. Mais de près, le basalte révèle des gravures de girafe, d’autruche et d’antilope réalisées il y a 7 000 ans.

Ces œuvres magistrales, gravées sur la pierre dans le nord de Djibouti, comptent parmi les plus importants exemples d’art rupestre de la Corne de l’Afrique, une région riche en patrimoine archéologique et berceau de l’humanité.

S’étendant sur trois kilomètres (près de deux miles), les quelque 900 panneaux d’Abourma dépeignent avec un merveilleux relief la vie préhistorique dans ces régions, des scènes dramatiques où les premiers hommes affrontent la faune sauvage et les vaches en train de paître.

Mais ces images séculaires, rendues par le silex sur la roche ignée, constituent également un témoignage précieux d’une époque révolue – et d’une terre radicalement remodelée par des millénaires de changement climatique.

La faune illustrée se trouve encore aujourd’hui dans les plaines et les prairies d’Afrique, mais pas à Djibouti, un paysage désertique rude où l’eau et la verdure se font rares depuis des milliers d’années.

« Aujourd’hui, Abourma est un peu comme un cimetière car ces animaux ne sont plus là. À l’époque, ils se promenaient ici parce que Djibouti était couvert de forêts », a déclaré Omar Mohamed Kamil, un jeune guide touristique qui emmène les visiteurs à Abourma.

« A Abourma… nous sommes un peu éloignés de la civilisation. Nous sommes dans la préhistoire, nous vivons dans la préhistoire ».

Des millénaires et des millénaires

Ce trésor se trouve à six heures de route de la capitale, Djibouti-ville, puis à une heure de marche sur une étendue escarpée de rochers.

Il serait pratiquement impossible de le trouver sans Ibrahim Dabale Loubak, éleveur de chameaux et gardien d’Abourma, qui prétend « connaître chaque pierre, chaque recoin » de ce massif rocheux.

Cet homme de 41 ans est issu de la communauté Afar, un peuple historiquement nomade qui a erré sur les franges arides de Djibouti, de l’Érythrée et de l’Éthiopie, et connaît les sculptures depuis des générations.

« Nos grands-pères l’ont dit à nos pères, puis nos pères nous l’ont dit », a déclaré Loubak, un turban traditionnel et une jupe en tissu habillant sa silhouette élancée.

Malgré cette sagesse locale – et ses quelque 70 siècles d’existence – Abourma n’a pas été visitée par des archéologues avant 2005.

C’est Loubak qui a guidé la première équipe française sur le site, suivie d’une caravane de chameaux apportant de la nourriture, des dortoirs et d’autres équipements essentiels, notamment un générateur pour les recherches à distance.

L’archéologue Benoit Poisblaud, qui faisait partie de l’équipe, évoque encore avec émerveillement le « site extraordinaire », introuvable ailleurs dans la région qu’il a étudiée en tant que chercheur de 25 ans.

« Abourma, c’est une continuité, sur plusieurs millénaires, de passages, de gravures, réalisés par des gens très différents : chasseurs, pasteurs, et ceux d’après…. Des milliers et des milliers de représentations », a-t-il déclaré.

Les plus anciennes gravures sont antérieures de 5 000 ans à la naissance du Christ, tandis que les exemples plus récents ont été peints il y a environ deux millénaires, a-t-il précisé.

Les gardiens du désert

L’Afrique regorge de sites archéologiques, mais peu d’entre eux, en particulier l’art rupestre, ont été étudiés de manière approfondie, a déclaré Emmanuel Ndiema, responsable de l’archéologie aux Musées nationaux du Kenya à Nairobi.

« Jusqu’à présent, à l’heure où nous parlons, nous recevons encore des rapports sur des sites ici au Kenya, et même pas ailleurs », a-t-il déclaré, estimant que seuls 10 à 20 % des gisements archéologiques d’Afrique subsaharienne avaient fait l’objet de recherches appropriées.

Selon les experts, cela met en péril la valeur universelle et la préservation de ces découvertes, qui, si elles sont entretenues, pourraient à terme attirer les touristes et les passionnés d’histoire, générant ainsi des recettes publiques indispensables.

Cependant, une plus grande visibilité a son propre coût potentiel pour le patrimoine.

Abourma, par exemple, reçoit si peu de visiteurs qu’il n’y a pas de clôtures, de barricades ou de règles d’aucune sorte pour ceux qui font le voyage vers cette vaste étendue cachée.

Loubak, cependant, ne s’inquiète pas trop des menaces qui pèsent sur ces œuvres d’art millénaires, des yeux partout signalant les moindres perturbations ou présences extérieures.

« Personne ne peut venir ici à mon insu », dit-il.

(Source : Africanews)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s