Deux régions du globe sont désormais trop chaudes et inhabitables (vidéo)

C’est l’une des conséquences du dérèglement climatique, pointé du doigt par le GIEC dans son dernier rapport. 

Dans son rapport soumis à 195 pays, le GIEC – Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – explique que désormais, deux régions du globe sont trop chaudes et donc inhabitables.

Le rapport du GIEC sera officiellement publié le 9 août prochain. Il servira de base sur laquelle s’appuyer pour établir les décisions en matière de lutte contre le changement climatique prises lors de la COP26 en novembre prochain à Glasgow en Ecosse.

Mais avant même la publication de celui-ci, plusieurs informations inquiétantes ont déjà pu être médiatisées par France Télévisions (voir la vidéo ci-dessous)

Le golfe Persique, invivable pour les humains ?

Parmi les sources d’inquiétudes étayées par les spécialistes, la canicule humide risque de rendre certaines zones du monde inhabitables comme c’est le cas à Jacobabad au Pakistan, et Ras Al Khaimah, dans le golfe Persique.

Dans ces deux régions où les fortes chaleurs sont associées à une importante humidité de l’air, la vie y est devenue presque impossible pour l’Homme.

« Quand l’air est sec, (…) on est capable de résister à des chaleurs extrêmes, 60 degrés, jusqu’à 100 degrés si ça ne dure pas trop longtemps« , détaille la journaliste Valérie Heurtel. Au contact d’un air sec, la sueur s’évapore, et c’est cette évaporation qui nous rafraîchit, ajoute-t-elle. Dans un air saturé en humidité, la sueur a du mal à s’évaporer, résultat le corps est en surchauffe. »

Le phénomène du thermomètre mouillé

Selon un projet de rapport mené par des experts climat de l’ONU et publié par l’AFP en juin 2021, 

« la capacité à résister à ces extrêmes s’évalue par un concept connu des scientifiques : la ‘température humide’ ou du ‘thermomètre mouillé’, transcrite par le sigle TW ».

Selon les scientifiques, l’être humain ne peut survivre longtemps à 35 degrés TW.

« Après une demi-douzaine d’heures, en l’absence de rafraichissement artificiel, cela entraînera des défaillances d’organes et la mort », souligne Colin Raymon, chercheur à la Nasa et auteur principal d’une étude datant de mai 2020.

Il y a un peu plus d’un an, le scientifique avait déjà identifié les deux sites dans le golfe Persique comme inhabitables pour l’Homme, les 35°TW y ayant déjà été atteints.

30 ans d’avance sur les prévisions des climatologues

Si les climatologues connaissaient déjà la menace des canicules humides, celles-ci étaient initialement prédit pour 2050.

« L’Asie du Sud et du Sud-Est, le golfe Persique, le golfe du Mexique, ou des parties du continent africain, sont les régions les plus exposées », précisait le rapport de l’ONU.

LE GIEC souligne que les régions tropicales et les villes côtières sont les plus en danger face au réchauffement climatique en raison de l’évaporation de la mer.

(Source : GEO)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s