Les portraits expressifs réalisés sous forme de mosaïques de ferraille (galerie et vidéo)

Peintre avant tout, Matt Small a un style fort et convaincant, choisissant souvent des objets jetés comme des capots de voiture ou de vieilles enseignes au lieu de toiles pour son travail.

 « Le thème de mon travail est celui des jeunes dépossédés : des individus qui se sentent sous-estimés, qui n’ont pas de voix, qui sont méprisés »

 Small explique comment les débris urbains sur lesquels il peint deviennent symboliques du sentiment d’être sans valeur :

« J’ai pensé qu’il serait intéressant de relier les deux – cette porte de four, cette étagère, ce déchet à quelqu’un – je ne le vois comme ça, je vois que ça peut être quelque chose de beau et de valable. C’est aussi comme ça que je vois nos jeunes. Regardons leur potentiel, l’espoir qui est en chacun d’eux ».

Small, qui vit dans sa ville natale de Camden, a actuellement une œuvre à l’affiche dans le cadre de Vanguard , qui examine le rôle des artistes de la région de Bristol qui ont eu un impact démesuré sur le street art britannique depuis les années 1980.

 La vaste exposition, qui comprend des souvenirs et des dizaines d’œuvres originales, est ouverte au M Shed jusqu’au 31 octobre.

Si vous êtes à Londres, découvrez un portrait mural à grande échelle du jeune entrepreneur britannique Jamal Edwards sur lequel Small travaille dans Acton, et suivez l’artiste sur Instagram pour rester au courant de ses derniers projets.

Cliquez sur une image pour l‘agrandir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s