Lucioles à l’unisson (vidéo)

À la saison des amours, les lucioles clignotent à l’unisson… sous certaines conditions restées énigmatiques à ce jour. Pour comprendre les circonstances dans lesquelles les flashs lumineux de ces coléoptères se synchronisent, une équipe a filmé le vol de milliers d’insectes durant plusieurs nuits.

La famille des lucioles et des lampyres (Lampyridae) regroupe plus de 2 000 espèces connues de coléoptères produisant presque tous de la lumière (jaune à verdâtre, longueur d’onde de 510 à 670 nanomètres), à l’état de larve et/ou adulte, réparties sur tous les continents.

Ces insectes, en tant que petits prédateurs de la strate herbacée et buissonnante, jouent un rôle important dans leur niche écologique en limitant notamment la pullulation des chenilles, escargots et limaces.

Bien que ces espèces fassent partie des coléoptères, la plupart des femelles ne peuvent pas voler. Elles ressemblent à leurs larves, d’où le nom de « ver » (par exemple en Europe, Luciola lusitanica Charpentier, la femelle possède des ailes, mais ne vole pas).

Le lampyridé le plus connu est le lampyre ou ver luisant commun (Lampyris noctiluca).

Les lucioles sont en voie de régression presque partout dans le monde probablement en raison de la conjonction de plusieurs facteurs (généralisation de l’usage d’insecticides, pollution lumineuse et, selon des données récentes, parfois en raison du dérèglement climatique). Elles sont l’insecte-emblème de deux États américains et ont été déclarées « trésor national » au Japon.

(Source : Le Blob)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s