Sur cette île de Papouasie-Nouvelle-Guinée, on paye encore avec des coquillages (vidéo)

Chez les Tolai de Nouvelle-Bretagne, la monnaie traditionnelle, appelée tabu, ne relève pas du simple folklore : elle a même cours légal à côté du kina, la devise officielle du pays.

Songez : et si vous pouviez payer votre amende de stationnement avec un chapelet de coquillages ? En Nouvelle- Bretagne, c’est possible ! Dans la province orientale de cette grande île de l’archipel Bismarck, la coquille du palakanoara, nom d’un escargot marin de la famille des Nasarde, a en effet cours légal.

De nombreux coquillages, comme l’huître perlière, le cauri et la palourde géante, sont couramment utilisés comme objets de troc. Depuis des siècles, les Tolai, peuple de Nouvelle-Bretagne, utilisent ainsi la monnaie de coquillage, appelée tabu… 

GEO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s