Egypte : un agriculteur découvre une stèle érigée il y a 2600 ans par un pharaon (vidéo)

Le ministère des Antiquités égyptien a annoncé la découverte d’une stèle en pierre vieille de 2.600 ans. Apparue sur les terres d’un fermier, elle comporte un cartouche suggérant qu’elle aurait été érigée par le pharaon Apriès de la XXVIe dynastie.

La découverte a eu lieu à Ismaïlia, à une centaine de kilomètres au nord-est du Caire en Egypte. Alors qu’il préparait sa terre pour les cultures, un agriculteur a eu la surprise de voir apparaitre un fragment de pierre qui s’est rapidement avérée être une stèle entière couverte de hiéroglyphes.

L’homme a immédiatement contacté les autorités pour les avertir de sa trouvaille qui a atterri au musée des Antiquités d’Ismaïlia où les spécialistes ont pu l’examiner. Imposante, la stèle mesure plus de deux mètres de long, un mètre de large pour une épaisseur de 45 centimètres.

Bien que quelques symboles aient disparu, la plaque de grès affiche un très bon état de conservation qui a permis d’en savoir plus à son sujet. Selon le ministère des Antiquités égyptien, les archéologues ont identifié parmi les gravures un disque solaire ailé ainsi qu’un cartouche du pharaon Apriès.

Erigée lors d’une campagne militaire ?

Aussi connu sous le nom de Wahibre Haaibre, Apriès a été le quatrième pharaon de la XXVIe dynastie (de 664 à 625 avant J.-C) : il a régné de 589 à 570 avant J.-C. Une époque à laquelle l’Egypte, libérée de toute emprise, était redevenue indépendante.

Comme ses prédécesseurs de la XXVIe dynastie, le pharaon Apriès a mené une vaste campagne militaire pour restaurer la puissance égyptienne sur les contrées voisines du Proche-Orient. Et c’est dans ce cadre que la stèle exhumée par le fermier pourrait avoir vu le jour.

Selon le Dr. Mostafa Waziry, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, la plaque pourrait en effet être l’une des stèles frontières érigées par le pharaon durant ses missions vers l’Est. La ville d’Ismaïlia où la découverte a eu lieu se trouve à quelques centaines de kilomètres de Jérusalem.

Outre le disque solaire et le cartouche, quinze lignes de hiéroglyphes sont visibles sur le fragment en pierre. Le Dr. Waziry a précisé qu’elles étaient actuellement en cours d’étude et de traduction afin d’en apprendre davantage sur l’origine de la stèle.

(Source : GEO)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s