Ressusciter les dinosaures ? L’idée folle d’un ami d’Elon Musk (vidéo)

Max Hodak, qui a fondé avec Elon Musk la startup Neuralink, a évoqué sur Twitter la possibilité de “construire Jurassic Park” dans la vraie vie. Faisable ou fantasme ?

Et si nous pouvions ressusciter les dinosaures ? C’est en tout cas ce qu’a avancé Max Hodak, de la startup américaine Neuralink, co-fondée avec le truculent Elon Musk, dans un tweet.

“Nous pourrions probablement construire Jurassic Park si nous le voulions. Ce ne serait pas des dinosaures génétiquement authentiques mais peut-être 15 ans de reproduction + ingénierie pour obtenir de nouvelles espèces super exotiques”

Évidemment, l’ingénieur précise :

qu’il ne s’agirait pas de “dinosaures génétiquement authentiques” mais de “nouvelles espèces super exotiques”.

Vous avez peur ? On peut le comprendre si on se fonde sur le film évoqué dans ce tweet, où la visite des scientifiques au sein du parc à dinosaures ne se passe pas tout à fait comme prévue… Alors, quel serait au fond le réel intérêt d’une telle démarche ? Max Hodak explique un peu plus son propos dans un autre tweet 

“La biodiversité (antifragilité) est certainement précieuse ; la conservation est importante et a du sens. Mais pourquoi s’arrêter là ? Pourquoi n’essayons-nous pas plus intentionnellement de générer une diversité nouvelle ?”

Un projet difficilement réalisable

Générer une diversité nouvelle” face à la disparition de celle dans laquelle nous vivons actuellement. Que l’on soit pour ou contre, il faut d’abord savoir si cela est réalisable.

Comme le rapporte The Independant, le clonage existe bel et bien, et a été réalisé à partir de chats, de chiens, et même d’un putois à pieds noirs, une espèce menacée.

Mais c’est une tout autre histoire avec les dinosaures. Dans le film Jurassic Park, les dinosaures sont créés à partir de l’ADN retrouvé dans le sang d’un moustique fossilisé.

Mais de la fiction à la réalité, il y a un grand pas. Si du sang venait à être retrouvé chez des moustiques fossilisés de cette période, il serait quasi impossible d’en extraire une quelconque information génétique qui pourrait permettre de réaliser l’idée du cofondateur de Neuralink.

(Source : Gentside)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s