La lumière vacillante des doubles quasars (vidéo)

Cette simulation montre la lumière brillante et scintillante d’une paire de quasars.

Les astronomes dans une étude récente ont déduit que la lumière clignotante est un signe révélateur de la présence de deux quasars et non d’un seul objet. Les quasars résident au cœur des galaxies. Ils sont enflammés par des trous noirs monstres se nourrissant voracement de matière infaillante, déclenchant un torrent de radiations.

La luminosité d’un quasar fluctue en fonction de la quantité de matière que son trou noir engloutit à ce moment-là. Cette paire de quasars émet de la lumière car leurs galaxies sont en train de fusionner, ce qui fournit beaucoup de carburant à leurs trous noirs affamés.

Les quasars semblent proches les uns des autres car eux aussi sont en train de fusionner avec leurs galaxies. Les quasars ont été identifiés pour la première fois par le vaisseau spatial Gaia de l’Agence spatiale européenne, qui mesure de petits changements dans la luminosité des étoiles. La paire de quasars est trop éloignée pour que Gaia puisse la résoudre.

Au lieu de cela, la paire ressemble à un seul objet lumineux. Cependant, Gaia a également mesuré une «secousse» apparente à la lumière. Le «jiggle» est un signal de la lumière vacillante indépendante entre deux quasars séparés, semblable à une paire de lumières alternées sur un signal de passage à niveau.

Le télescope spatial Hubble est suffisamment pointu pour résoudre la paire de quasar, que les astronomes avaient soupçonnée à partir des données de Gaia.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s