Découverte d’un requin « ailé » qui a traversé les océans il y a 93 millions d’années (vidéo)

Une illustration du requin-aigle nouvellement décrit, qui vivait dans une ancienne voie maritime il y a 93 millions d’années. (Crédit d’image: Oscar Sanisidro)

Le fossile d’un spécimen unique et atypique de requin rappelant les raies mantas met en évidence la diversité morphologique des requins du Crétacé.

Ce mangeur de plancton a été découvert au Mexique et analysé par une équipe internationale de paléontologues menée par Romain Vullo, chercheur du CNRS à Géosciences Rennes (CNRS/Université de Rennes 1). L’étude fait la Une de la revue Science le 19 mars 2021.

Il y a 93 millions d’années, de drôles de requins ailés nageaient dans les eaux du golfe du Mexique. Cette espèce fossile inédite, baptisée Aquilolamna milarcae a permis à ses découvreurs de définir une nouvelle famille. Ces « requins aigles » se caractérisent, comme pour les raies mantas, par des nageoires pectorales extrêmement longues et fines rappelant des « ailes ». Le spécimen étudié mesurait 1 mètre 65 de long pour une envergure de 1 mètre 90.

Aquilolamna milarcae possédait une nageoire caudale au lobe supérieur bien développé, typique de la plupart des requins de haute mer comme le requin baleine ou le requin tigre. Ainsi, l’ensemble de ses caractères anatomiques lui conférait une apparence chimérique entre requin et raie.

Avec sa large gueule aux dents supposées de très petite taille, il devait se nourrir de plancton d’après l’équipe de recherche internationale menée par Romain Vullo du CNRS.

Les scientifiques ne connaissaient jusqu’alors qu’une seule catégorie de grand mangeurs de planctons dans les eaux du Crétacé : de grands poissons osseux (pachycormidés), aujourd’hui disparus. Mais grâce à cette découverte, ils savent désormais qu’un second groupe, celui des requins aigles, nageait également dans les mers du Crétacé.

Le fossile complet a été trouvé au Mexique en 2012, à Vallecillo, un gisement à conservation exceptionnelle. Ce site, déjà réputé pour ses nombreux fossiles d’ammonites, poissons osseux et autres reptiles marins, permet de documenter l’évolution des animaux océaniques.

Tout en nous renseignant sur la structure des écosystèmes marins du Crétacé, la découverte des requins aigles révèle une nouvelle facette, jusque-là insoupçonnée, de l’histoire évolutive des requins.

(Source : Université de Rennes)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s