La zone 51 cache-t-elle des extraterrestres ? (audio et vidéo)

Des centaines de milliers d’Américains aimeraient savoir ce que cache la zone 51.

Peu d’endroits dans le monde alimentent autant la machine à fantasmes que la zone 51. Cette base militaire de 155 km2 de superficie, située en plein dans le désert du Nevada a été construite dans les années 1950, mais n’a été reconnue officiellement qu’en 2013.

Le secret qui entoure la zone donne du grain à moudre aux conspirationnistes depuis des décennies. L’armée américaine y étudierait des spécimens extraterrestres capturés, notamment la soi-disant soucoupe volante qui s’était écrasée à Roswell, au Nouveau-Mexique, en 1947. Ce folklore digne d’un récit de science-fiction s’est inscrit dans l’imaginaire collectif grâce à des séries comme X-Files ou des films, comme Independance Day de Roland Emmerich.

Pourtant, des documents déclassifiés en 2013 montrent que la base était utilisée pour tester des prototypes d’avions furtifs pendant la guerre froide.

Autant de questions que nous avons posées à Pierre Lagrange, sociologue des sciences, chercheur au LIER (Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités).

La zone 51 cache-t-elle des extraterrestres ?

Pierre Lagrange :

« A priori la zone 51 ne cache pas d’activité extraterrestre. Par contre pour tout un tas de groupes qui se sont emparés de cette histoire et d’histoires plus larges qui servent de socle à l’affaire Roswell, si, la zone 51 est le lieu où l’armée cache ce qu’elle a découvert autour de l’affaire de Roswell et des “visites d’extraterrestres” sur Terre. »

Comment est né ce mythe de la zone 51 ?

Pierre Lagrange :

 « En 1980, un livre est publié, il raconte qu’en 1947, l’armée américaine a caché la découverte d’une soucoupe et de ses pilotes extraterrestres. Jusque-là, il y avait tout un tas d’idées comme quoi l’armée américaine avait conduit un programme d’étude sur les ovnis dans les années 1950-1960 et ça se passait à la base de Wright-Patterson, près de Dayton, dans l’Ohio. Dans les années 1980, cette histoire va se déplacer de Wright-Patterson au Nevada. Il y avait tout un discours, tout un folklore qui s’était développé à propos de l’existence d’un hangar secret, qu’on appelait “le hangar 18” où auraient été cachés les cadavres des extraterrestres. »

Que s’est-il réellement passé à Roswell en 1947 ?

Pierre Lagrange :

 « Ce qui s’était passé en 1947 près de la ville de Roswell dans le Nouveau-Mexique, c’étaient les débris d’engin volant qu’on avait retrouvés au sol. À l’époque, ça avait été expliqué comme étant les débris d’un ballon-sonde.

Aujourd’hui ce qu’on sait, c’est que cela correspondait à un programme ultra-secret au niveau de la bombe atomique qui consistait à espionner, grâce à des traînes de ballons géants, les Russes au cas où ils auraient acquis eux aussi la bombe atomique. Mais dans les années 1990, quand l’armée vient dire “oui on a caché la vérité” en révélant que ce sont des ballons secrets, évidemment, ils ne sont plus audibles. Ils expliquent dans le même temps qu’ils ont caché la vérité en 1947 et que maintenant, ils vont dire la vérité.

Cette vérité est décevante pour la plupart des gens parce qu’elle ne rejoint pas la thèse extraterrestre. »

En déclassifiant des documents, le gouvernement a au contraire alimenté les soupçons…

Pierre Lagrange :

 « Dans les années 1970, avec le renforcement du “Freedom of information Act”, la loi d’accès aux documents administratifs qui est très efficace aux Etats-Unis, il devient très facile pour les citoyens d’obtenir des documents de l’administration américaine.

Les ufologues vont s’en servir à partir de 1976, ils vont faire déclassifier par l’US Air Force, le FBI, la CIA, la NSA, tout un tas de documents qui sont relatifs à tout ce que ces organismes ont pu faire de près ou de loin sur la question des ovnis.

Comme beaucoup de ces documents sont caviardés, notamment ceux de la CIA et de la NSA, les ufologues vont passer énormément d’années à essayer de déterminer ce qu’il y a sous l’encre noire qui camoufle une partie des informations.

Ce qui est étonnant de la part du Pentagone, c’est qu’en fait, chaque fois qu’ils essayent de tordre le cou à cette histoire, ils ne réussissent en fait qu’à la relancer et à lui donner une popularité encore plus  grande que la fois précédente. »

Y a-t-il un gouvernement parallèle chargé de la question extraterrestre ?

Pierre Lagrange :

« En 1987, parmi les documents “secrets” qui émergent, il y a une quinzaine de pages, qui sont présentées comme un briefing préparé pour le président Eisenhower en 1952, qui lui explique tout ce qui s’est passé avant qu’il devienne président, donc l’affaire de Roswell, les secrets, etc.

Les ufologues vont mettre plusieurs années à déterminer qu’en fait, ce sont des faux habilement fabriqués par des gens qui connaissaient bien le dossier. Mais comme ces questions vont déborder très largement le cadre de l’ufologie à partir de la fin des années 1980, ça va permettre la récupération par des franges de la population qui sont connues traditionnellement pour leur appartenance au milieu survivaliste, d’extrême-droite, ultra-conspirationniste.

Ces gens-là ne vont pas se gêner pour récupérer le folklore des ovnis et le mettre à leur sauce, c’est-à-dire rajouter tout un tas d’éléments que les ufologues vont être les premiers à dénoncer. »

La vidéo de la dissection d’un alien est-elle authentique ?

Pierre Lagrange :

 « Alors en 1995, toutes les histoires autour de Roswell, de la zone 51, vont en fait émerger dans le grand public au niveau mondial grâce à une vidéo diffusée par Ray Santilli qui est un producteur anglais.

La vidéo montre l’autopsie prétendue d’un extraterrestre qui aurait été récupéré à Roswell. L’appareil, des enquêtes vont montrer que c’est un faux. Des années plus tard, celui qui a fabriqué le mannequin va expliquer comment il s’y est pris.

Grâce à la série X-Files, qui avait démarré un an plus tôt et qui va récupérer ces histoires. X-Files va permettre tout au long des saisons de la série d’implanter tous les détails de cette histoire dans la mémoire collective.

Ce qui fait qu’aujourd’hui, tout le monde a entendu parler des éléments principaux de l’affaire de Roswell et des autres éléments qui tournent autour de ce folklore. »

Pourquoi le gouvernement américain n’a jamais révélé ce que cachait la zone 51 ?

Pierre Lagrange :

 « Les documents qui concernent tout ce qui est recherche technologique qui ont notamment la zone 51 comme base principale, ça concerne de la haute-technologie aéronautique donc là, il y a une tradition de secret maintenu même auprès des membres du Congrès qui votent ces budgets. Donc on imagine mal que cette partie du réseau qui dirige les Etats-Unis révèle ces secrets. »

Écoutez le podcast

(Source : France Culture)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s