Les kangourous peuvent communiquer avec les humains (vidéo)

Une récente étude prouve que les animaux sans longue histoire de domestication présentent des schémas d’interaction avec l’homme similaires à ceux des chiens ou des chevaux. C’est notamment le cas des kangourous, qui seraient visiblement capables de communiquer avec les humains.

La célèbre série télévisée australienne “Skippy le kangourou”, dans laquelle un enfant parle avec un kangourou, n’est finalement pas aussi fictive qu’on le pensait. Selon une étude des universités de Sydney et de Roehampton, à Londres, ces animaux seraient capables de communiquer intentionnellement avec les humains, ce qui laisse supposer qu’ils possèdent un niveau de fonction cognitive plus élevé que ce que l’on pensait auparavant.

Aide

Les chercheurs ont présenté à des kangourous captifs une boîte dans laquelle ils avaient placé de la nourriture, et qu’ils étaient incapables d’ouvrir. Selon Alexandra Green, co-auteure de l’étude, plutôt que d’abandonner lorsqu’ils n’arrivaient pas à ouvrir la boîte, la grande majorité des kangourous se tournaient vers le chercheur puis revenaient à la boîte – un geste interprété comme une demande d’aide.

“Certains d’entre eux se sont approchés de lui et ont commencé à le griffer et à le renifler, puis à regarder la boîte. Ils essayaient vraiment de communiquer avec lui”, a déclaré la scientifique.

Ce “regard” a été observé chez d’autres animaux domestiqués depuis des centaines d’années, a précisé le Dr Alan McElligott.

 “Les kangourous ont montré un comportement très similaire à celui que nous avons déjà observé chez les chiens, les chevaux et même les chèvres lorsqu’ils ont été soumis à la même épreuve”.

Caractère acquis

Si les scientifiques ont longtemps cru que ce trait était dû à la domestication, ils pensent aujourd’hui que cette capacité peut être acquise selon les conditions dans lesquelles vivent les animaux.

“Dans le cadre du zoo, où ils sont captifs et entourés d’humains tout le temps, nous pensons qu’ils ont appris à exprimer ce comportement”, a ajouté le Dr. Alexandra Green.

L’étude a été menée à petite échelle, sur seulement 11 kangourous de différentes espèces, mais Mme McElligott a déclaré que c’était la première de ce type menée sur des marsupiaux. Elle espère notamment que ces résultats permettront aux Australiens de respecter davantage les kangourous:

“Ils ne sont pas considérés comme aussi câlins ou mignons que les koalas, et sont parfois mal vus… Il y a une sorte de division: ils font partie d’une espèce australienne emblématique, mais il y en a énormément, ils sont abattus et beaucoup les considèrent comme des nuisibles”.

“Nous espérons que le fait de comprendre qu’ils possèdent ces compétences cognitives complexes les présentera sous un meilleur jour”, a-t-elle poursuivi, avant de préciser que ce n’est pas une raison pour approcher des kangourous sauvages avec de la nourriture. “Je ne vous le recommande pas”.

(Source : The Guadian)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s