Le chien de berger à la rescousse des petits manchots bleus d’Australie (vidéo)

Les manchots pygmées sont victimes des renards en Australie. De grands chiens blancs, les bergers de Maremme et Abruzzes, sont éduqués afin de sauver cette population d’oiseaux.

De grands chiens blancs pourraient bien être le dernier espoir de sauver les derniers petits manchots bleus d’Australie. La minuscule île de Middle Island, au large de Warrnambool – une ville du sud-est de l’Australie – abrite une colonie de manchots pygmées (Eudyptula minor).

Il s’agit de la plus petite espèce de manchots. Son plumage est d’un bleu caractéristique, d’où son surnom de petit manchot bleu. Bien que non menacée à l’échelle du globe, sa population a été pratiquement anéantie en Australie dans les années 1990-2000. Les coupables désignés sont des renards des environs de Warrnambool qui profitent des grandes marées basses pour se rendre sur Middle Island. Le refuge des oiseaux se transforme alors en garde-manger pour ces canidés ayant été importés par les colons britanniques qui entendaient continuer à satisfaire leur envie de chasse.

Problème : comme nombre d’animaux introduits, le renard devient une espèce invasive. Et, chaque année, les petits manchots bleus venus se produire sur Middle Island sont exposé à se récent prédateur. Au point qu’en 2005, il ne restait plus que 10 oiseaux.

18 fois plus de manchots en 7 ans

C’est pourquoi depuis 2006, écologistes, universitaires et politiques ont lancé le Middle Island Maremma Project, un programme qui consiste à placer les manchots sous la protection de bergers de Maremme et Abruzzes (Maremma Sheepdog en anglais). Une idée suggérée par un éleveur de poules en liberté, qui connaît bien le problème du renard et qui possède lui-même quelques chiens de berger dissuadant le prédateur d’approcher. Dans le même temps, Middle Island a été fermée au public.

Depuis lors, la population d’oiseaux n’a cessé d’augmenter sur l’île. En 2013 on y dénombrait près de 180 manchots pygmées. Dernièrement, une campagne de financement participatif a permis de financer l’achat et la formation de deux chiots qui remplaceront Eudy et Tula, les deux sœurs actuellement gardiennes de manchots cinq jours par semaine pendant la saison de reproduction. L’avenir des petits manchots bleus est entre de bons coussinets.

(Source : Sciences & Avenir)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s