La malédiction des templiers (vidéo)

L’ordre des Templiers fut créé par le chevalier champenois Hugues de Payns avec neuf compagnons en 1119 à Jérusalem. Plus d’un siècle s’est écoulé depuis la première croisade, mais la fondation du royaume de Jérusalem, le sacre de Baudouin 1er, ne datent que de 1100.

Le roi de France, Philippe le Bel, combat depuis le début de son règne le pouvoir papal. Il est, en quelque sorte, un précurseur en matière de séparation des pouvoirs entre l’église et l’Etat.

C’est ainsi d’un très mauvais œil qu’il voit revenir en France tous ces chevaliers rapatriés d’Orient. Il les considère, avec raison, comme des banquiers armés, soumis à la seule autorité du pape, et sur lesquels il n’a aucune prise.

Songeant dans un premier temps à interdire l’Ordre, il se ravisa, en lui accordant au contraire de nouveaux privilèges pour les amadouer. Il tenta ensuite, sans succès, de s’y faire admettre en tant que simple chevalier, pour mieux en prendre le contrôle plus tard.

Devant cet échec, Philippe le Bel demande à Clément V, pape français élu grâce à lui, de fondre Hospitaliers et chevaliers du Temple dans un même ordre unique. Clément V se rapproche de Jacques de Molay, Grand Maître de l’Ordre des Templiers, qui refuse , arguant de la trop grande différence entre les deux ordres.

Dans l’entourage du roi, quelqu’un voue une haine tenace à l’Ordre des Templiers: Guillaume de Nogaret Il conseille à Philippe le Bel d’anéantir purement et simplement l’ordre détesté, ce qui permettrait de mettre la main sur ses immenses richesses et de renflouer le Trésor royal.

Mais un fait aux conséquences incalculables, vient au secours de Nogaret, qui n’est d’ailleurs peut-être pas étranger à l’affaire. Aussitôt communiquées au gouverneur de la prison, puis à Nogaret et enfin au roi, ces révélations vont totalement changer la donne. Au lieu de punir immédiatement les Templiers, Philippe le Bel fait extraire de sa cellule Esquin de Floyran, et l’envoie répéter ses révélations au roi d’Aragon et à Clément V.

Le roi ne se décide toujours pas à agir. Alors, de Nogaret prend les rênes de l’opération. Il organise une vaste et savante campagne d’intoxication contre l’ordre. L’appui du peuple lui est acquis. Bien que prévenus par le roi d’Aragon et le pape Clément V, les chevaliers de l’Ordre du Temple ne prennent aucune mesure particulière et ne songent pas à se protéger.

Tout juste Jacques de Molay, convoqué par Clément V, lui demande t-il de mener une enquête sur l’origine de ces révélations. ClementV Le pape Clément V en avertit Philippe le Bel en août 1307. Les Templiers seront jugés par les évêques diocésains et les inquisiteurs, les dignitaires et le Grand maître comparaissant devant le pape. Les procès se poursuivent et les aveux s’accumulent.

Tout semble réglé lorsque de Molay et Charnay crient leur innocence et affirment que les hérésies qu’on leur reproche ne sont que des calomnies.

« La règle du Temple est sainte, juste, catholique » hurle de Molay.

La foule s’interroge, et bientôt l’opinion se retourne et devient favorable aux accusés. Remis au prévôt de Paris , ils sont de nouveau enfermés.

Aussitôt averti, Philippe le Bel ordonne qu’ils soient brûlés vifs comme relaps, ainsi que 37 autres frères dont les aveux n’ont pas été assez fermes. Le soir même, ils montent sur le bûcher dans l’Îlot aux Juifs, et meurent en criant:

« Les corps sont au roi de France, mais les âmes sont à Dieu! »

On raconte que, sur le bûcher, Jacques de Molay aurait cité le pape et le roi à

« comparaître dans quarante jours devant le tribunal de Dieu. »

L’écrivain Maurice Druon, avec son roman « Les rois maudits », contribua à perpétuer la légende de la malédiction des Templiers. Sous sa plume, il fait crier à Jacques de Molay sur le bûcher:

« Pape Clément !… Chevalier Guillaume !… Roi Philippe !… Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement ! Maudits ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races ! ».

En effet, le 20 avril 1314, mourut le pape Clément V, probablement d’un cancer des intestins. Le 29 novembre 1314, le roi de France Philippe le Bel meurt des suites d’un accident de chasse en forêt de Fontainebleau.

Quant à Guillaume Humbert, on perd curieusement sa trace après 1314… Pour certains, le Grand Inquisiteur de France serait mort poignardé quelque temps après l’assassinat de Jacques de Molay « supplicié sur le bûcher ès l’îlot des juifs, le 18 mars 1314 ». Curieusement également, peu de chroniques rapportent ce fait. Enfin, le roi de France correspondant à la treizième génération des Capétiens est Louis XVI.

Nous savons quelle fin funeste lui fut réservée. Alors, vraie ou fausse malédiction ? Je vous laisse juge… les templier; jacques de molay; tresor des templiers; le dernier des templiers; assassin des templiers.

wikidiscovery

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s