Les animaux pétrifiés du lac Natron : mythe ou réalité ? (diaporama et vidéo)

Flamant rose momifié du lac Natron. © Nick Brandt

Le lac Natron fait l’objet d’une légende bien particulière. Si l’on en croit les rumeurs sur internet, les animaux vivant aux abords de ses eaux seraient instantanément pétrifiés. Mythe ou réalité ? 

Situé dans la région d’Arusha, le lac Natron est l’un des joyaux naturels de Tanzanie. Cette immense entendue d’eau allant du rouge intense au bleu profond atteint jusqu’à 57 kilomètres de long pour 22 kilomètres de large. En dépit de sa grande beauté, elle n’est pourtant pas le plus accueillant des sites pour une baignade. Avec des températures dépassant souvent les 40 °C, le lac Natron sert de réservoir à des eaux hautement alcalines, bien trop caustiques pour la plupart des formes de vie.

Un environnement hostile

La cendre volcanique de la vallée du Grand Rift est recueillie dans des bassins comme celui de lac Natron, où l’important taux d’évaporation laisse derrière lui des dépôts de trona et de natron. Ces deux minéraux alcalins participent à élever le pH de l’eau jusqu’à 10.5, un seuil proche de celui d’une solution d’ammoniaque. À ce stade, le liquide peut brûler la peau et les muqueuses des animaux qui ne sont pas adaptés à ce milieu. Néanmoins, de nombreuses créatures ont appris à vivre dans ces eaux dangereuses.

En effet, le lac accueille une grande diversité de micro-organismes halophiles (adaptés aux milieux présentant une forte concentration en sel) tels que des cyanobactéries, produisant le pigment rouge à l’origine de la coloration du lac.
.
Ces bactéries, et particulièrement le genre Spirulina, sont un mets de choix pour les 2,5 millions de flamants nains qui viennent se reproduire dans la région. Les eaux hostiles du lac protègent leurs nids, installés sur des îlots éphémères, contre de potentiels prédateurs. Le lac abrite également des espèces endémiques de poissons, d’algues, d’oiseaux et d’invertébrés.
.

Des animaux momifiés

Avec une telle faune et peu de prédateurs à l’horizon, il n’est pas rare de trouver sur les rives du lac des cadavres d’animaux encore intacts. Ou presque. Certaines de ces dépouilles, rongées et durcies par le sel, préservées par le natron (l’ingrédient principal du processus de momification dans l’Égypte ancienne), prennent des allures spectaculaires, donnant l’impression que les animaux ont été momifiés (et non pétrifiés) sur place.

Inspiré par ces étonnantes apparitions, le photographe Nick Brandt les a rendues célèbres en les mettant en scène dans de splendides images en noir et blanc. Si certains ont été amenés à dire que les animaux avaient été instantanément pétrifiés dans leur position originale par les eaux du lac de Tanzanie, il ne s’agit néanmoins que d’une légende. Brandt confirme

: « J’ai trouvé ces créatures de manière inattendue — toutes sortes d’oiseaux et de chauves-souris –, échouées sur les rives du lac Natron. » Il poursuit : « J’ai pris ces créatures telles que je les ai trouvées sur la rive, et les ai ensuite placées dans des positions « vivantes », les ramenant à la « vie », d’une certaine façon », écrit-il dans son livre Across the Ravaged Land.

Durant plusieurs années, le projet de construction d’une centrale hydroélectrique semblait menacer le lac Natron. Néanmoins, l’affaire s’est finalement conclue par un scandale, lorsqu’une partie des 11,7 millions d’euros de prêt destinés à financer le projet a été retrouvée sur un compte privé installé sur l’île Jersey.

(Source : Futura Planète)

Cliquez sur une image pour voir le diaporama photos © Nick Brandt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s