Continent Antarctique : 200 ans de convoitise (vidéo)

Même 200 ans après la découverte de l’Antarctique, le continent reste mystérieux. En 1821, c’est un chasseur de phoques qui fut la première personne à mettre le pied sur la glace du pôle Sud.

Aujourd’hui ce sont surtout les scientifiques et les touristes qui viennent s’exposer aux conditions inhospitalières de basses températures et de vents forts.

Klaus Dodds, professeur de géopolitique, Université Royal Holloway :

« Le changement climatique va continuer à exercer des pressions sur l’Antarctique. Cela signifie également que des pays comme la Chine vont devenir de plus en plus dominants en exigeant une voix sur la façon dont l’Antarctique est gouverné. Après tout, ce sont des villes comme Shanghai qui vont supporter le poids de la hausse du niveau de la mer. »

En 1961, un Traité sur l’Antarctique est entré en vigueur, qui réglementait l’utilisation pacifique du continent, la coopération en matière de recherche et toutes les revendications territoriales de différents pays. Les douze parties contractantes sont maintenant passées à plus de 50.

Jane Rumble, chef des régions polaires, British Foreign and Commonwealth Office :

« Nous ne sommes ni complaisants ni naïfs à l’idée que le traité soit le meilleur système possible. Mais les preuves montrent que la plupart des États estiment qu’il vaut mieux coopérer au sein de cet accord que d’essayer de faire cavalier seul. »

Aujourd’hui, l’Antarctique héberge 82 stations de recherche, dont l’une est gérée par l’Institut allemand Alfred Wegener et est utilisée toute l’année.

(Source : Euronews)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s