Terre vue de l’espace : Lac George, Ouganda (vidéo)

Cette image Copernicus Sentinel-2 nous emmène au-dessus du lac George, dans l’ouest de l’Ouganda. 

En 1988, le lac George a été désigné comme le premier site Ramsar de l’Ouganda, compte tenu de son importance en tant que centre de diversité biologique.

Ce lac équatorial couvre une superficie d’environ 250 km2 et a une profondeur moyenne d’environ 2,4 mètres. Le lac George est alimenté par un système complexe de rivières et de ruisseaux provenant des montagnes Rwenzori – alimentant un système de marécages permanents entourant le lac.

Une frange dense d’herbe des zones humides, visible en vert vif, peut être vue autour des bords du lac au centre de l’image.

Les zones humides offrent un espace de vie naturel pour un certain nombre de mammifères, notamment les éléphants, les hippopotames et les antilopes. Ils fournissent également un habitat à plus de 150 espèces d’oiseaux, dont plusieurs espèces rares telles que la cigogne à bec de selle.

Vu d’en haut, les eaux du lac George apparaissent vertes en raison de la forte concentration d’algues bleu-vert. La pollution par les métaux, l’infiltration de mines et le ruissellement agricole ont gravement pollué les eaux du lac et nuisent gravement à la santé du lac.

Le lac George s’écoule par le canal de Kazinga au centre de l’image. Le large canal de 32 km de long relie le lac George au lac Edward, qui se trouve à la frontière entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo.

Le canal de Kazinga traverse le parc national Queen Elizabeth. Le parc de près de 2000 km2 est connu pour sa faune, notamment le buffle d’Afrique et le crocodile du Nil.

Le parc est également célèbre pour ses caractéristiques volcaniques, y compris les cônes volcaniques et les cratères profonds qui peuvent être vus en pointillés autour de l’image. Beaucoup contiennent des lacs de cratère, y compris le lac de cratère de Katwe, dont les gisements de sel sont exploités depuis des siècles.

Sentinel-2 est une mission à deux satellites pour fournir la couverture et la livraison de données nécessaires au programme européen Copernicus.

Les visites fréquentes de la mission dans la même zone et la haute résolution spatiale permettent de surveiller de près les changements dans les plans d’eau intérieurs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s