Les nouveau-nés ‘vagabonds des plaines’, se blottissent contre un plumeau «père» (vidéo)

La population captive de l’oiseau le plus unique d’Australie, gravement menacée d’extinction, a doublé avec la naissance de neuf poussins errants des plaines, aidés par un plumeau, une lampe chauffante et beaucoup de coton.

Les poussins sont nés de deux couples et ont éclos en 24 heures au zoo à ciel ouvert de Werribee à Victoria la semaine dernière.

Au bout de quatre jours, le directeur du zoo, Glen Holland, a déclaré que les poussins mangeaient des grillons «de la taille d’un haricot» et zappaient autour de leur enclos «comme des bourdons».

Une des couvées a été éclos dans une couveuse et a été élevée sous la protection paternelle d’un plumeau après qu’un des pères, de quatre mois découragé d’avoir élevé ses premiers poussins, ait cessé de s’asseoir sur eux.

Comme les émeus, les mâles qui voyagent dans les plaines assument la responsabilité de l’éducation et restent avec les poussins, tandis que la femelle  peut passer à un autre partenaire peu de temps après la ponte.

Les nouvelles couvées portent la population captive du zoo à 20. Ce n’est que la deuxième fois que le zoo éclose avec succès des poussins depuis le début d’un programme de reproduction en captivité d’une valeur de 500 000 $ il y a 18 mois.

« Elever neuf poussins en bonne santé en si peu de temps est un exploit énorme et nous sommes tous très enthousiastes », a déclaré la gardienne des espèces menacées, Yvette Pauligk.

Sur le plan génétique, elles sont classées comme la quatrième espèce la plus importante au monde et… la plus importante en Australie en ce qui concerne le caractère distinctif de l’évolution et le risque d’extinction.

« Perdre une espèce aussi ancienne et unique serait complètement dévastateur. »

Le vagabond des plaines, Pedionomus torquatus , est un oiseau terrestre qui vit dans un type particulier de prairies sèches de l’ouest de Victoria, de la Nouvelle-Galles du Sud et de l’est de l’Australie du Sud. C’est le seul membre de la famille des Pedionomidae.

Les adultes participant au programme d’élevage sont un mélange d’œufs sauvages ramassés et de quelques oiseaux géographiquement confus qui se sont retrouvés dans des endroits peu recommandables: un parking dans Bacchus Marsh, une arrière-cour à Bendigo et une banlieue de Craigieburn.

L’isolement génétique de l’oiseau a constitué un défi pour les gardiens, qui sont incapables d’observer une espèce étroitement apparentée pour modéliser les meilleures méthodes de reproduction en captivité. L’allégorie la plus proche – même si elles ne sont pas étroitement liées – semble être la queue de cheval.

«Nous avons environ cinq ans d’apprentissage très sérieux sur le côté captif de la situation. Ensuite, s’il continue aussi bien que cette année, nous envisageons sérieusement de remettre les oiseaux dans la nature, dans environ cinq ou six ans. ”

(Source : The Guardian)

Le vagabond des plaines, Pedionomus torquatus à l’âge adulte ⇓

Une réflexion sur “Les nouveau-nés ‘vagabonds des plaines’, se blottissent contre un plumeau «père» (vidéo)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s