Étudier les menaces climatiques avec Sentinel (vidéo)

Space vous emmène en Camargue, dans le Sud de la France, une région réputée pour ses paysages et sa faune, mais aussi sérieusement menacée par le changement climatique à cause de l’élévation du niveau de la mer.

Des digues sur les côtes de Camargue ont été construites dans les années 80 dans un effort vain de garder la mer Méditerranée à distance.

A cette époque, le niveau de la mer augmentait seulement de quelques millimètres par an. Aujourd’hui, les satellites montrent qu’il augmente plus vite qu’avant, à cause notamment de la fonte des glaces et de la hausse des températures.

2 réflexions sur “Étudier les menaces climatiques avec Sentinel (vidéo)

  1. Chapeau aux soeurs Sentinel de mesurer d’en haut avec une aussi grande précision – autour du dixième de millimètre près – une hausse du niveau des mers qui était évaluée de 3,4 mm avant, se trouve maintenant à 4,8 mm par an si j’ai bien compris, soit une différence jugée très alarmante d’environ 1,4 mm entre les deux mesures (non datées dans la vidéo) compte tenu par ailleurs du fait qu’au cours des seuls 20 dernières années, la température moyenne aurait augmenté d’un degré, ce qui me semble très rapide. On illustre cela sur une carte satellite de la Camargue où l’eau aurait avancé de 200 mètres en 30 ans, selon deux images obtenues par Landsat et Sentinel.

    À la Camargue on a renoncé de lutter contre cette montée des eaux au moyen de dignes. On choisit plutôt de s’adapter, même en s’attendant à ce que la Camargue disparaisse sous les eaux avant la fin du siècle. Car jusqu’ici on ne réussit même pas à baisser l’augmentation des émissions globales de carbone dans l’atmosphère.

    Bref, sans nous l’avouer clairement, j’ai l’impression qu’on continue de s’attendre au pire. On choisit plutôt de s’adapter à ce que nous ne contrôlons pas encore, même si dès 1972, un rapport du club de Rome adressé à 52 pays avait attiré l’attention sur les limites de la croissance (12 millions d’exemplaires, vendus en 37 langues différentes) ce dont les chefs d’États premiers concernés avaient vite fait fi, jugeant peut-être que ce rapport était destiné au bas peuple. Et ça continue encore aujourd’hui. Vous en doutez ? Demandez l’avis au chef d’État voisin… Je me rappelle qu’en ce temps là, Pierre Elliot Trudeau compensait sa présumée timidité en attirant l’attention sur lui par la désinvolture de ses pirouettes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s