Des scientifiques testent la réaction des pieuvres sous ecstasy (vidéo)

Il est notoire que le poulpe est anti-social et agit comme des humains après avoir pris le médicament MDMA, des scientifiques ont découvert des suggestions incitant à un lien évolutif entre les deux espèces.

Les pieuvres à deux points de Californie (Octopus bimaculoides) sont connues pour entretenir des relations tendues avec leurs congénères sauf en période de reproduction. Pourtant, en étudiant le génome de cette espèce, deux chercheurs américains ont découvert une portion d’ADN présentant de grande similitude avec le génome humain et jouant un rôle dans la sociabilité. Cette séquence code le transporteur responsable de la captation de la sérotonine (protéine jouant un rôle dans la gestion de l’humeur et la dépression) par les neurones.

Or, il permet aussi la fixation de l’ecstasy (ou MDMA) sur les cellules nerveuses, cette drogue entraînant une

« euphorie, une excitation, une relaxation, une sensation de bien-être, de plaisir et une exacerbation de la sensualité« 

comme l’explique l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé. Les biologistes se sont donc posés une question : après l’absorption de cette drogue, les pieuvres peuvent-elles elles aussi développer ces comportements pro-sociaux ? La réponse à cette question a été publiée le 20 septembre 2018 dans la revue Current Biology.

Elles ont étreint la cage contenant leur congénère

Dans 3 bassins interconnectés, les scientifiques ont placé dans le premier une figurine en plastique (un ballon sous une cage), au milieu une pieuvre libre et dans le dernier une autre pieuvre dans une cage. L’objectif du dispositif était de voir vers où va se diriger la pieuvre libre dans l’aquarium du centre. Va-t-elle plutôt être tentée par des interactions sociales et se diriger vers son congénère (tantôt un mâle tantôt une femelle) ? Ou va-t-elle plutôt éviter l’autre spécimen et s’intéresser à l’objet dans le premier compartiment ?

Avant d’être mis dans le bassin expérimental durant 30 minutes, l’animal libre avait auparavant été exposé ou non à une version liquide de l’ecstasy pouvant être absorbée par les branchies. Toutes les pieuvres libres sous MDMA se sont volontiers dirigées vers le bassin connexe abritant un mâle. Un comportement étonnant pour cette espèce solitaire.

« Ce n’est pas seulement plus de temps d’un point de vue quantitatif mais aussi qualitatif. Elles ont eu tendance à étreindre la cage et à y placer leurs ‘pièces buccales‘ », explique Gül Dölen, co-auteur de l’étude, cité dans un communiqué.

« C’est un comportement très proche de celui observé chez les humains sous MDMA : ils touchent les autres fréquemment« .

Non droguées, les pieuvres ont évité justement le bassin où un mâle était placé alors qu’elles s’approchaient malgré tout de celui abritant une femelle.

Le rôle de la sérotonine a été conservé durant l’évolution

Cette étude démontre par ailleurs qu’un mécanisme nerveux permettant la sociabilité a été conservé chez cette espèce. Mais celui-ci est « en veille ». En outre, elle démontre un lien entre les comportements sociaux humains et des pieuvres bien que ces espèces aient divergé il y a 500 millions d’années.

« Ces données prouvent que le mécanisme neural favorisant les comportements sociaux existent chez O. bimaculoides. Elles indiquent aussi que le rôle de la sérotonine dans la régulation des comportements sociaux a été conservé durant l’évolution », conclut l’étude.

(Source : Sciences & Avenir)

Des pieuvres sous MDMA, ça donne ça ⇓

3 réflexions sur “Des scientifiques testent la réaction des pieuvres sous ecstasy (vidéo)

  1. Tous les être vivants contiennent de la DMT; Diméthyltryptamine qu’on surnomme la Spirit Molecule. Nous c’est dans la glande pinéale. C’est une sorte de récepteur du monde spirituel, une porte vers l’infini.
    On a observé des animaux (léopards, renards etc) manger volontairement des substances psychédéliques (comme des champignons). Ça fait partie des portes cachées dans notre quotidien.
    Et pour répondre à Nuage1962; ne t’en fais pas le MDMA, tout comme tous le psychédéliques ne sont pas dangereux ni destructifs ou addictifs. Au contraire ils sont thérapeutiques et reconstructifs. Ce que les pieuvres ont ressenti est sûrement une profonde empathie (voire de l’amour?) envers leur espèce comme c’est le cas quand tu franchis ces portes.

  2. Ce genre d’expérience permettant de manipuler l’«amour» sur commande ouvre la porte à un éventuel contrôle biochimique du comportement humain quand on aura accepté ou décidé, dans un quelconque «meilleur des mondes», que les circonstances ou les intérêts sociaux le justifient.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s