Les vagabonds de l’espace (vidéo)

Résultat de recherche d'images pour "Wanderers space"

Wanderers (vagabond en français) un court métrage d’Erik Wernquist.

Wanderers est une vision de l’expansion de l’humanité dans le système solaire, basée sur des idées scientifiques et des concepts de ce que pourrait être notre avenir dans l’espace, si jamais cela se produit. Les lieux représentés dans le film sont des recréations numériques de lieux réels du système solaire, construits à partir de vraies photos et de données cartographiques, le cas échéant.

Sans aucune histoire apparente, autre que ce que vous pouvez remplir vous-même, l’idée du film est avant tout de donner un aperçu de la nature fantastique et magnifique qui nous entoure dans nos mondes voisins – et surtout, comment cela pourrait nous paraître si nous étions là.

Comme certains peuvent le remarquer il y a des idées et des concepts d’auteurs de science-fiction tels que Kim Stanley Robinson et Arthur C. Clarke, pour n’en citer que quelques-uns. Et visuellement bien sûr beaucoup de trucs au peintre Chesley Bonestell – le légendaire maître de l’art spatial.

La voix est de l’astronome et auteur Carl Sagan pour raconter le film. L’audio sont des extraits de sa propre lecture de son livre « Pale blue dot : une vision du futur humain dans l’espace » (1994, Random House,).

(Source : vimeo)

Quelques scènes abandonnées de ce film, que l’on peut voir ici ⇓

Une réflexion sur “Les vagabonds de l’espace (vidéo)

  1. Aller voir ailleurs est une pulsion de voyageur curieux, avide de nouveautés ou de ressources à exploiter. Certains voyageurs aiment raconter leurs périples, au retour. D’autres cherchent des terres habitables avec d’autres climats où ils pourraient s’implanter. Ou bien ils aimeraient rencontrer des étrangers, les découvrir dans leur mode de vie, et avec lesquels ils aimeraient pouvoir communiquer ou commercer.

    Mais dans notre système solaire, ce serait plus la quête de ressources exploitables qui semblerait motiver l’envie d’aller y voir de plus près. Pourquoi ? Soi-disant, par exemple, parce que nous surexploitons déjà les ressources terrestres.

    Alors en supposant qu’on traitera sur Terre des matières premières importées d’ailleurs en vue de répondre à nos besoins terrestres aidera-t-il à régler les problèmes climatiques découlant d’une surexploitation de nos ressources ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s