Une nouvelle étude analyse les traces d’eau sur la Lune (vidéo)

Résultat de recherche d'images pour "traces d’eau sur la Lune"

Des chercheurs ont mis en évidence que des dépôts volcaniques contenaient des quantités exceptionnellement élevées d’eau venant des profondeurs de l’astre.

La Lune a longtemps été perçue comme un astre aride et sec. Mais selon des travaux publiés dans la revue Nature, ses profondeurs seraient étonnamment riches en eau. « Nous avons trouvé la signature de l’eau (…) en utilisant des données satellitaires », explique Shuai Li de l’université Brown à Providence aux Etats-unis et coauteur de l’étude.

La présence de ce liquide sur l’unique satellite naturel de la Terre ne fait maintenant plus débat. En 2008 déjà, des chercheurs avaient trouvé des molécules d’eau à l’intérieur de magma ramené par des astronautes des missions Apollo.

« Restait à savoir si ces échantillons reflétaient les conditions générales des entrailles de la Lune ou représentaient plutôt des régions riches en eau exceptionnelles, anormales dans un manteau “sec” », note Ralph Milliken, coauteur de l’étude.

De l’eau dans les profondeurs

Les deux chercheurs ont mis en évidence que des dépôts volcaniques contenaient des quantités exceptionnellement élevées d’eau, venant des profondeurs de la Lune. « Ces gisements sont répartis sur la surface, ce qui prouve que l’eau trouvée dans les échantillons d’Apollo n’est pas un cas unique », souligne Ralph Milliken.

L’hypothèse la plus largement répandue sur l’origine de la formation de la Lune et celle d’une énorme collision entre la Terre et un corps de la taille de Mars, peu après la formation du système solaire. Cette découverte fait naître une question : comment l’hydrogène nécessaire à la formation d’eau a pu survivre aux températures extrêmes induites par l’impact ?

Selon l’étude, les gisements contiennent peu d’eau (moins de 0,05 %), mais ils sont énormes, pouvant atteindre jusqu’à 1 000 km2. Une découverte qui pourrait avoir une application concrète dans l’avenir : « L’eau pourrait être utilisée comme ressource in situ lors d’une future exploration », selon Shuai Li.

(Source : Le Monde)

Depuis les années 1960, les scientifiques ont suspecté que l’eau gelée pouvait survivre dans des cratères froids et sombres aux pôles de la Lune.

Alors que les précédentes missions lunaires avaient détecté des indices d’eau sur la Lune, de nouvelles données provenant de l’Observateur de reconnaissance lunaire (LRO) identifient des zones proches du pôle sud où l’eau pourrait exister.

La clé de cette découverte est l’hydrogène, l’ingrédient principal de l’eau: LRO utilise son détecteur de neutrons Lunar Exploration, ou LEND, pour mesurer la quantité d’hydrogène piégée dans le sol lunaire.

En combinant des années de données LEND, les scientifiques voient de plus en plus de zones riches en hydrogène près du pôle sud de la Lune, ce qui suggère fortement la présence d’eau gelée. ⇓

5 réflexions sur “Une nouvelle étude analyse les traces d’eau sur la Lune (vidéo)

  1. Un démenti supplémentaire à l’adresse de ceux qui prétendirent que toute exploration de la Lune était superflue car on savait déjà tout !…Un discours obscurantiste pour ceux qui voulaient abandonner la Lune pour s’enrichir avec une Astronautique domestiquée , avec des orbites verrouillées : basses pour les vols habités, hautes pour les satellites géostationnaires ( télécommunications ) si rentables !… Mais la moindre investigation de notre satellite naturel démontre que c’est toujours un monde inconnu, plein de surprises , qu’il faudra tôt ou tard explorer !…

  2. Surprenant ! Merci pour ce site très instructif ! Bonne journée, au plaisir de te voir passer sur mon boblog, amitiés Bruno. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s