Des singes se passent de la soie dentaire avec une plume d’oiseau (vidéo)

Les singes vivant sur une île ont appris à utiliser une variété surprenante d’outils et de techniques pour obtenir les entrailles juteuses de différents aliments et se passer de la soie dentaire par la suite.

Le macaque à longue queue ( Macaca fascicularis umbrosus ) de Nicobar ne se trouve que sur trois îles de l’est de l’océan Indien. L’un d’elle est l’île Great Nicobar.

Pour s’informer sur les habitudes alimentaires des macaques, Honnavalli Kumara au Centre Sálim Ali d’ornithologie et d’histoire naturelle à Coimbatore, en Inde, et ses collègues ont suivi 20 singes autour d’un petit village côtier de l’île.

 Utilise n’importe quoi

Beaucoup d’aliments préférés des macaques sont épineux, visqueux, poilus. Pour se débarrasser de ces enduits non comestibles, les macaques lavent les aliments dans des flaques d’eau ou les envelopper dans des feuilles pour les frotter. Ils enveloppent également les feuilles autour de certains aliments pour les rendre plus faciles à tenir. Les déchets comme le papier, le tissu ou le plastique sont également utilisés pour emballer et essuyer les aliments.

Les macaques mangent aussi des noix de coco, les arrachant à l’arbre en les tordant ou en utilisant leurs dents pour les couper. S’il est tendre, les macaques décoquillent la noix de coco à l’aide de leurs dents, en la retenant avec leurs pieds et leurs mains pour atteindre l’eau et les morceaux juteux à l’intérieur.

Si la noix de coco est mûre, cependant, ils doivent aussi craquer sa coquille. Pour ce faire, ils les tapent sur une surface dure comme un rocher ou un béton et la pilent.

 Les macaques ont été vus en train de battre les buissons avec leurs mains pour déranger les insectes qui se cachent à l’intérieur, attrapant ceux qui s’envolent ou tombent au sol.

Nettoie ses dents

Après avoir mangé, les macaques adultes et subadultes nettoient leurs dents – ils ont été vus tenant une fine fibre entre leurs dents et tirant dessus.

Les macaques utilisaient une variété de matériaux comme fil dentaire: une aiguille d’arbre, une plume d’oiseau, un brin d’herbe, une fibre de noix de coco, un fil de nylon ou encore un fil métallique. Certains les modifient avant leur utilisation, par exemple en les séparant.

9 macaques sur 20 ont été vus qui l’ont fait après avoir mangé divers aliments dans différents habitats, dit Kumara.

Les macaques à longue queue de Nicobar sont les troisièmes singes à se passer de la soie dentaire. Les macaques japonais utilisent leur propre fourrure , tandis que les macaques à longue queue de Thaïlande utilisent des cheveux humains .

Singes maniables

«L’emballage d’articles irritants, le nettoyage par frottement et l’utilisation de fibres minces pour la soie dentaire ont été décrits dans d’autres populations de macaques», explique la primatologue Dorothy Fragaszy de l’Université de Géorgie, à Athènes. « Pour moi, l’élément le plus récent est le » buisson « pour chasser les insectes. »

Les macaques s’adaptent bien aux paysages dominés par l’homme, où ils ont tendance à manipuler davantage les objets, affirme le primatologue Michael Gumert de l’Université technologique de Nanyang, à Singapour. « Ils sont le roi des généralistes … à peu près aussi adaptables que nous sommes. »

Selon Gumert, l’utilisation d’outils seule ne demande pas beaucoup d’intelligence. « Cependant, la modification des outils montre la planification et la prévoyance – quelque chose que quelqu’un qui a jamais observé les macaques dans le moindre détail en n’aurait jamais douté. »

(Source : Primates, New Scientist)

2 réflexions sur “Des singes se passent de la soie dentaire avec une plume d’oiseau (vidéo)

  1. Comme nous, les singes (macaques ou autres) ont des mains et ils ont tendance à (nous) imiter. Ce qui semble les prédisposer à apprendre de nouveaux comportements lors de contacts avec des humains non menaçants.

    Je me demande si au contact avec des humains désireux de mieux les observer ou de les aider, ils n’entrent pas dans une phase d’apprentissage permanent, qui ne serait peut-être pas une prédisposition réservée aux seuls jeunes singes avides d’apprendre tout en s’amusant, sans se prendre trop au sérieux.

    On découvrirait peut-être d’abord leur curiosité spontanée, qui les pousserait vers une «volonté de savoir» ou de découvrir par eux-même tout ce qui est à leur portée, plutôt qu’un souci de s’adapter comme par instinct aux contraintes utilitaires immédiates et plus restrictives, imposées par leur environnement ‘naturel’, par leur constitution ou par leurs pairs.

    La question serait alors de savoir dans quelle mesure, à notre contact ‘parental’, les comportements d’apprentissage chez eux ne gagneraient pas du terrain sur des comportements autrefois qualifiés d’instinctifs. Et comment ces changements de comportement pourraient s’intégrer ou non dans leur cycle de reproduction, être transmis d’une génération à l’autre, sans entraîner des symptômes de dégénérescence malsaine, d’une génération à l’autre.

    Ce genre d’étude devrait idéalement se poursuivre dans un contexte indépendant de toute exploitation du singe au profit d’humains sélectifs exigeant en retour, de la part des singes, un rendement compensateur. Ce qui exigerait qu’on soit aussi soucieux de préserver leur libre retour à leur environnement naturel, en leur offrant ce choix. Mission impossible, illusoire, utopique, encore mal définie ? 😉

    Ce serait peut-être leur démontrer notre intérêt désintéressé envers eux, face à leur existence même, sans les menacer d’extinction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s