Avant l’extinction des dinosaures, les mammifères étaient des êtres nocturnes

Les mammifères étaient tous nocturnes avant la mort des dinosaures, selon une étude parue lundi.

Les mammifères, à l’origine tous nocturnes, ont commencé à s’activer aussi le jour après l’extinction des dinosaures, selon une étude publiée lundi dans la revue Nature Ecology & Evolution. C’était il y a 66 millions d’années.

«Notre étude montre pour la première fois une corrélation très étroite entre le moment où les dinosaures ont disparu et le moment où des mammifères ont commencé à être actifs pendant la journée», explique à l’AFP Roi Maor, de l’Université de Tel Aviv et coauteur de l’étude.

Pour arriver à ces conclusions, Roi Maor et son équipe ont analysé les caractéristiques de 2415 espèces de mammifères vivant aujourd’hui. Ils ont ensuite élaboré des modèles décrivant les comportements de leurs ancêtres.

Selon l’étude, le passage de nocturne à diurne pour ces mammifères ne s’est, bien sûr, pas fait en un jour. «Il a nécessité une étape intermédiaire d’activité mixte (de jour et de nuit) pendant des millions d’années», précise un communiqué de presse de l’University College London (UCL) également impliqué dans l’étude.

Toujours nocturnes

Et ce changement n’a pas concerné l’ensemble des mammifères: «La plupart des mammifères sont toujours nocturnes aujourd’hui», précise Roi Maor. Mais parmi ces quelques mammifères qui ont sauté le pas, figurent les primates et donc l’homme. Et selon l’étude, ce sont les seuls mammifères diurnes dont les yeux ont les mêmes caractéristiques que ceux d’animaux ayant toujours vécu le jour, comme les oiseaux diurnes ou les reptiles.

L’acuité visuelle et la perception des couleurs dépend des propriétés des photorécepteurs de la rétine. La vision diurne est possible grâce aux cellules rétiniennes appelées cônes. La vision nocturne grâce aux cellules appelées bâtonnets.

 Il y en a entre 5 et 7 millions de cônes par œil chez l’humain. Alors que les espèces nocturnes ont généralement qu«un ou deux types de cônes», précise le chercheur.

Meilleure adaptation

Les mammifères diurnes ont donc dû largement évoluer pour s’épanouir dans leur nouveau mode vie. Et si les primates semblent être ceux dont la vision s’est le mieux adaptée à ce nouvel environnement, c’est «peut-être dû au fait que leurs ancêtres ont été parmi les premiers mammifères à adopter un mode de vie diurne», note l’étude.

(Source : 20 Minutes)

2 réflexions sur “Avant l’extinction des dinosaures, les mammifères étaient des êtres nocturnes

  1. Oui. On peut penser que les dinosaures carnivores diurnes ne laissaient pas grand chance de survie aux mammifères diurnes, tandis que les mammifères nocturnes leur échappait facilement et pouvaient survivre. Une fois que ces monstres reptiliens furent disparus, l’évolution des mammifères en plein jour a pu commencer à se développer lentement.

    Pour nous, espèce diurne, cela explique toute l’importance que prend la lumière à nos yeux, d’abord au plan purement visuel et physique, ensuite dans les sphères scientifiques et culturelles qui s’y sont greffées par la suite. Et un des avantages que nous en avons retiré fut d’être ouvert aux spectacles différents que nous offre la Terre en plein jour par contraste avec ceux de la nuit qui nous ouvre la porte aux profondeurs du cosmos. Dans l’art graphique, aussi bien que dans la pensée, cela donna lieu aux multiples jeux souvent indissociables du clair et de l’obscur, réunis dans la notion de «clair-obscur».

    Pour l’humanité, autant les sciences que les spiritualités donnent à la lumière une place éminente depuis la plus haute antiquité, en premier lieu dans les arts, lesquels sont plus directement et immédiatement branchés sur nos perceptions sensorielles. Plus tard des instruments nouveaux furent développés, probablement pour satisfaire la curiosité insatiable de notre cerveau ; cela conduisit à l’invention du télescope et du microscope qui élargissent nos notions de microcosme et macrocosme. Newton et Goethe ont ensuite amorcé des analyses nouvelles de la lumière, au plan physique et psychologique.

    Il en est résulté dans la pensée scientifique et les technologies une éclosion récente de notre conscience du spectre des radiations où la lumière visible occupe un mince secteur, mais qui continue de jouer un rôle prédominant dans le développement des activités humaines. Si bien qu’arts et sciences cherchent à se rapprocher dans la pratique, en autant que leurs méthodes et techniques respectives sont compatibles et peuvent se conjuguer, sans se fusionner.

    Et cela grâce aux notions redécouvertes du fait que les disciplines peuvent profiter autant de leur divergence que de leur convergence, aussi bien dans les théories que dans les pratiques. C’est ainsi, entre autres, que l’espace-temps d’Einstein a complètement restructuré l’image qu’on peut se faire du cosmos aujourd’hui, sans négliger les contributions fécondes et distinctes de la mécanique quantique. 😉

Répondre à nuage1962 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s