La NASA étudie des bulles magnétiques invisibles dans notre système solaire (vidéo)

L’espace peut sembler vide, mais c’est en fait un endroit dynamique peuplé de matière presque invisible, et dominé par des forces, en particulier celles créées par des champs magnétiques. 

Les magnétosphères – les champs magnétiques autour de la plupart des planètes – existent tout au long de notre système solaire. Elles deviennent des particules chargées de haute énergie appelées rayons cosmiques qui sont vomies par le Soleil ou proviennent de l’espace interstellaire. Avec les atmosphères, ils protègent les surfaces des planètes de ce rayonnement nocif.

Mais toutes les magnétosphères ne sont pas égales: Vénus et Mars n’ont pas de magnétosphères, alors que les autres planètes – et une seule lune – en ont d’étonnamment différentes.

La NASA a lancé une flotte de missions pour étudier les planètes de notre système solaire – dont beaucoup ont renvoyé des informations cruciales sur les magnétosphères. Les jumeaux Voyagers ont mesuré les champs magnétiques alors qu’ils voyageaient jusqu’aux confins du système solaire et ont découvert les magnétosphères d’Uranus et de Neptune. D’autres missions planétaires, dont Galileo, Cassini et Juno, et un certain nombre de vaisseaux spatiaux en orbite terrestre, fournissent des observations permettant de comprendre comment les planètes forment les magnétosphères et comment elles interagissent avec l’environnement spatial qui les entoure.

Terre

La magnétosphère de la Terre est créée par le métal en fusion constamment en mouvement à l’intérieur de la Terre. Ce «champ de force» invisible autour de notre planète a une forme générale ressemblant à un cornet de crème glacée, avec un front arrondi et une queue longue et traînante qui fait face au soleil. La magnétosphère est formée de cette manière à cause du flux quasi constant de vent solaire et de champ magnétique du côté du Soleil.

Les magnétosphères terrestres et autres détournent les particules chargées de la planète, mais piègent aussi les particules énergétiques dans les ceintures de radiation. Les aurores sont causées par des particules qui pleuvent dans l’atmosphère, généralement non loin des pôles magnétiques.

Il est possible que la magnétosphère de la Terre soit essentielle pour le développement de conditions favorables à la vie, donc l’étude des magnétosphères autour d’autres planètes et lunes est un grand pas en avant pour déterminer si la vie aurait pu évoluer.

mercure

Le mercure, dont le noyau est riche en fer, possède un champ magnétique d’environ 1% seulement de celui de la Terre. On pense que la magnétosphère de la planète est comprimée par le vent solaire intense, ce qui limite son étendue. Le satellite MESSENGER a orbité Mercure de 2011 à 2015, nous aidant à comprendre notre petit voisine terrestre.

Jupiter

Après le Soleil, Jupiter possède de loin le champ magnétique le plus fort et le plus grand de notre système solaire – il s’étend sur environ 12 millions de milles d’est en ouest, soit près de 15 fois la largeur du Soleil. (La Terre, d’autre part, pourrait facilement s’adapter à l’intérieur du Soleil – à l’exception de sa queue tendue.) Jupiter n’a pas de noyau de métal fondu; à la place, son champ magnétique est créé par un noyau d’hydrogène métallique liquide comprimé.

Une des lunes de Jupiter, Io, a une puissante activité volcanique qui crache des particules dans la magnétosphère de Jupiter. Ces particules créent d’intenses ceintures de radiation et des aurores autour de Jupiter.

Ganymède, la plus grande lune de Jupiter, a aussi son propre champ magnétique et sa magnétosphère – ce qui en fait la seule a en avoir. Son champ faible, niché dans l’énorme coquille de Jupiter, ébouriffe à peine le champ magnétique de la planète.

Saturne

L’ énorme système d’anneaux de Saturne transforme la forme de sa magnétosphère. C’est parce que les molécules d’oxygène et d’eau qui s’évaporent des anneaux entonnent les particules dans l’espace autour de la planète. Certaines des lunes de Saturne aident à piéger ces particules, les retirant de la magnétosphère de Saturne, mais celles qui ont des geysers volcaniques actifs – comme Encelade – crachent plus de matière qu’elles n’en prennent. La mission Cassini de la NASA a suivie le champ magnétique de Saturne. à partir de l’orbite autour de la planète en anneau entre 2004 et 2017.

Uranus

La magnétosphère d’ Uranus n’a été découverte qu’en 1986, lorsque les données du survol de Voyager 2 ont révélé des émissions radio faibles et variables et confirmées lorsque Voyager 2 a directement mesuré le champ magnétique. Le champ magnétique et l’axe de rotation d’Uranus sont désalignés de 59 degrés, contrairement à ceux de la Terre, dont le champ magnétique et l’axe de rotation sont presque alignés. En plus de cela, le champ magnétique ne passe pas directement par le centre de la planète, de sorte que la force du champ magnétique varie considérablement à travers la surface. Ce désalignement signifie également que le magnetotail d’Uranus – la partie de la magnétosphère qui traîne derrière la planète, loin du Soleil – est tordu en un long tire-bouchon.

Neptune

Neptune a également été visité par Voyager 2, en 1989. Sa magnétosphère est décalée de son axe de rotation, mais seulement de 47 degrés. Semblable à Uranus, la force de champ magnétique de Neptune varie à travers la planète. Cela signifie que les aurores peuvent apparaître à travers la planète – pas seulement près des pôles, comme sur Terre, Jupiter et Saturne.

Et au-delà

En dehors de notre système solaire, des aurores, qui indiquent la présence d’une magnétosphère, ont été repérées sur des naines brunes – des objets plus gros que des planètes mais plus petits que des étoiles. Il existe également des preuves suggérant que certaines exoplanètes géantes ont des magnétosphères, mais nous n’avons pas encore vu de preuves concluantes. Alors que les scientifiques en apprennent davantage sur les magnétosphères des planètes dans notre système solaire, cela peut nous aider à identifier un jour les magnétosphères autour de planètes plus éloignées.

(Source : NASA)

Une réflexion sur “La NASA étudie des bulles magnétiques invisibles dans notre système solaire (vidéo)

  1. À quoi servent ces bulles magnétiques invisibles autour des planètes et des étoiles ? Pour nous, leur intérêt consiste d’abord à nous protéger des rayons cosmiques trop intenses et nocifs, émis par les étoiles. À ce compte là, ces bulles magnétiques forment une enveloppe énergétique vitale.

    Un peu analogue, du moins par sa nature magnétique, au magnétisme animal, même si ce dernier a une source corporelle distincte, du fait qu’il serait apparemment dérivé du métabolisme propre aux vivants.

    Apparemment, le magnétisme animal exprime ou reflète l’activité vitale qui peut servir à moduler des interactions physiques (interférences radio, syntonisation) et psychiques du corps vivant avec son environnement. Chacun a une sensibilité variable, à son propre magnétisme animal et à celui d’autrui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s