Bientôt une exploitation minière sur la Lune ?

La Lune pourrait être un endroit « intéressant » pour une exploitation minière privée des ressources de l’espace, a déclaré mercredi à l’AFP Jan Wörner, le directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Il réagissait au lancement par le Luxembourg d’une initiative destinée à inciter les entreprises à se lancer dans l’aventure de l’exploitation des ressources naturelles de l’espace, notamment des astéroïdes.

« Cela fait un moment que l’idée d’aller dans le système solaire pour réaliser des forages miniers est sur la table », a déclaré M. Wörner. « Jusqu’à présent, les coûts étaient trop élevés pour développer une activité commerciale ». « Mais si à présent des compagnies privées sont intéressées à le faire, très bien », a-t-il dit. « C’est logique. Mais nous ne dépenserons pas d’argent public pour cela », a-t-il indiqué.

« Si le Luxembourg, qui est membre de l’ESA, veut soutenir ces entreprises, c’est bien. Et nous verrons comment nous pouvons unir nos forces ». « Je suis sûr que la Lune pourrait être un endroit intéressant » pour ce type d’activités privées, a-t-il dit, même si le projet luxembourgeois évoque surtout les astéroïdes.

Un « village lunaire » multinational
Depuis sa prise de fonction en juillet, Jan Wörner promeut l’idée d’un « village lunaire » multinational. Il pourrait comprendre des activités d’exploration minière menées par des compagnies privées. « Ces dernières années, des entreprises m’ont demandé mon avis sur les possibilités d’avoir des activités minières » dans l’espace.

« Je leur ai répondu que c’était une bonne idée mais que ramener des minerais sur Terre allait prendre du temps car c’est trop cher actuellement ». En revanche, utiliser des matériaux du système solaire pour ravitailler les missions spatiales lointaines ou être capable de bâtir des structures sur la Lune n’est « pas si lointain », estime-t-il. Pour Jan Wörner, « la science-fiction finit souvent par devenir vraie. C’est juste la prochaine étape ».

(Source : AFP)

5 réflexions sur “Bientôt une exploitation minière sur la Lune ?

  1. Franchement c’est pas pour demain. En ne comptant que le coût d’un aller-retour avec la technologie actuelle et l’équivalent en capacité de transport des missions Apollo et en remplissant à raz bord le vaisseau d’or pur, cela ne suffirait pas à amortir le voyage, et je ne compte pas le coût de construction et de maintenance des installations là haut.
    A part l’hélium 3, carburant des hypothétiques futures centrales à fusion, je ne vois pas ce que l’on pourrait exploiter de rentable en grattant la lune, à part comme le dit l’article un moyen de réduire les coûts des missions spatiales publiques, ce qui reviendrait de facto à financer le privé avec nos sousous ^^

  2. Ce doit être fête à l’ Île de la Réunion : Guy Pignolet de Ste Rose est retourné dans son île natale et maintenant, les idées qu’il préconisait dans les années 70 et 80 semblent enfin porter des « fruits » féconds !… j’ai été « compagnon de route » de Guy Pignolet , du temps du projet de « voile solaire » ( et de course Terre-Lune ), au sein de l’association de l’U3P ( Union pour la Promotion de la Propulsion Photonique ) , créées au sein du CNES par une petite équipe d’ingénieurs !… J’ai partagé aussi ses idées sur « l’industrialisation du système solaire » et constaté que c’était un projet raisonnable pour un nombre appréciable de décennies ( et de générations ) pour le proche avenir !… Aujourd’hui, ses « prophéties » semblent enfin en voie de réalisation !… Tout au moins, si on traduit correctement la volonté de l’Agence Spatiale Européenne de se saisir enfin de l’Astronautique de façon adulte !… Autrement dit, de développer les moyens conséquents d’explorer l’Univers autrement qu’avec des voitures à pédales ( la « fronde cosmique » ) et des vaisseaux spatiaux pilotés !…
    Bien sûr, les jeux ne sont pas encore faits et il reste encore beaucoup de chemin à faire avant que les espoirs des années 40 et 50 se concrétisent par « l’escalade » des « marches du ciel « , si bien exprimés par Alexandre Ananoff et ses pionniers de la Fédération Internationale Astronautique, l’aventure épique ( et si volontairement incomprises, comme celles de Leduc, de Couzinet, etc…) de « l’Astronef » , qui aurait pu donner une dimension aérospatiale aux Ailes Françaises en 1946, un an à peine après la fin du cauchemar de la Seconde Guerre Mondiale !…
    Qui pouvait encore douter en 1961, après le discours historique de John Kennedy et son projet de « dernière frontière » , qu’un formidable élan vers les étoiles venait d’être donné à l’Humanité ?… Et on y a cru jusqu’au début des années 70, avant les crises du pétrole, le chaos engendré par la guerre au Vietnam, l’épuisement de l’URSS, pourtant très motivée culturellement !… Puisqu’il a fallu remettre aux calendes grecques la « conquête » des planètes ( tandis qu’on abîmait la nôtre !…), et reprendre un second souffle, il faut maintenant que le « facteur » sonne une seconde fois !…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s