Randal Koene, le neuroscientifique qui affirme pouvoir rendre les humains immortels (vidéo)

Afficher l'image d'origineD’après Randal Koene, un scientifique néerlandais, il sera bientôt possible de transférer l’esprit humain dans un ordinateur afin de vivre éternellement. 

La vie éternelle est un sujet récurrent des livres de science-fiction qui fait fantasmer de nombreuses personnes. Randal Koene, un scientifique néerlandais affirme aujourd’hui détenir la solution pour que ce rêve devienne réalité. Son plan pour y parvenir : télécharger le cerveau dans un ordinateur.

C’est un projet mené depuis plusieurs années qui tient sur une idée : le cerveau humain est un mécanisme qui fonctionne comme une carte truffée de circuits. Le cartographier permettrait de comprendre son fonctionnement et de le réduire à un ensemble de calculs. En les reproduisant en langage informatique, il deviendrait alors possible de transférer le contenu du cerveau dans un ordinateur.

Un nouveau corps

« L’idée que l’on peut prendre une petit partie du cerveau et en construire une copie est très répandue et comprise », explique Randal Koene dans une interview donnée à Vice. « Pourquoi ne pas faire ça avec le cerveau entier ? Pourquoi ne pas le télécharger dans un ordinateur afin de traiter plus de données et de mieux les ranger, d’organiser nos pensées dans des dossiers auxquels on pourra accéder quand on le voudra ? »

Grâce à ce système, Randal Koene est persuadé que l’on sera bientôt capable de vivre éternellement dans un nouveau corps et pourquoi pas même dans un monde dématérialisé ou virtuel. « Dans des corps qui ne sont pas construits pour survivre dans cet environnement, mais autre part, comme dans l’espace, » affirme-t-il.

Contrairement à une intelligence artificielle, l’esprit ainsi téléchargé est la copie identique de celui d’un être humain. Il pourrait donc faire preuve d’humour ou montrer de l’empathie. Et c’est notamment sur ce point que le projet soulève de nombreuses questions. Si des avancées technologiques ont été réalisées, on est encore loin de pouvoir donner à un ordinateur les caractéristiques de l’esprit humain.

Une hypothèse partagée

Néanmoins, le neuroscientifique n’est pas le seul à croire en la possibilité d’un transfert de l’esprit. Récemment, le docteur britannique Hannah Critchlow de l’Université de Cambridge, avait affirmé elle aussi qu’il serait possible, dans un futur relativement proche, de vivre éternellement à l’intérieur d’une machine. Mais pour cela, il faudrait qu’elle soit assez puissante afin d’être capable de reproduire les 100 000 milliards de connexions du cerveau humain.

Randal Koene a fondé une organisation appelée Carboncopies afin de travailler sur les problèmes techniques et éthiques que soulève ce projet. Elle organise régulièrement des réunions et des conférences afin d’échanger des idées et de relayer les dernières nouveautés sur le sujet. Reste que le projet est encore loin d’aboutir.

Des tests de transfert d’esprit ont déjà été effectués sur des vers de terre, mais le fonctionnement de leur cerveau est évidemment très différent de celui d’un mammifère. De plus, si le cerveau dévoile de plus en plus ses secrets aux chercheurs, on est encore loin de le comprendre dans les moindres détails.

Il faudra donc encore attendre certainement plusieurs décennies avant que la technologie ne se rapproche davantage de l’être humain.
(Source : Maxi Sciences)

8 réflexions sur “Randal Koene, le neuroscientifique qui affirme pouvoir rendre les humains immortels (vidéo)

  1. Pingback: Randal Koene, le neuroscientifique qui affirme pouvoir rendre les humains immortels (vidéo) | musnadjia423wordpress

  2. Transférer, téléporter l’esprit du cerveau à la machine. Ou bien simple copie sosie ou jumelle dont l’évolution pré ou post-mortem serait forcément différente de sa source. Les copies d’une même source pourraient être multipliées, pour entraîner chacune d’elles dans divers destins possibles.

    Dans pareils contextes, qu’elle tournure prendrait la procédure des soins de fin de vie biologique. La vie bio d’une personne ne deviendrait-elle pas relativement secondaire, encombrée qu’elle est de dépendances biodégradables dont on apprendrait à se détacher.

    Le monde réel de chacun ne pourrait-il pas être peu à peu supplanté par un monde virtuel, aussi personnalisé soit-il. Autre question oiseuse : quels dialogues s’institueraient entre la source et ses copies ? On entrerait dans des univers parallèles à explorer, à exploiter en certains cas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s