Expérience sur l’Haptic-2

Cette force faussement modeste de joystick  de l’ESA Telerobotics laboratoire est appelé à devenir un morceau de l’histoire de l’espace.

Mercredi soir, l’astronaute de la NASA Terry Virts va déplacer un joystick identique dans le module Columbus de l’Europe de la Station spatiale internationale, et ce asservi d’un  joystick – assis dans ESTEC centre technique de l’ESA à Noordwijk, aux Pays-Bas – se déplacera exactement de la même façon.

Ensuite, quelqu’un sur le terrain va récupérer ce joystick et Terry se sentir la force et le mouvement dans la Station.

Cette première historique « poignée de main » de l’espace fait partie de Haptics-2 l’expérience de laboratoire, d’essais visant à transmettre le sens humain du toucher (et de) l’espace pour le contrôle de robot avancé.

Comme un suivi dans les 40 minutes de la session orbitale, le joystick terrestre sera déplacé contre une variété de matériaux de rigidités différentes, pour tester si son retour de force est suffisamment sensible pour son sujet humain de différencier métal dur de mousse souple.

L’expérience trompeusement simple nécessite un logiciel de contrôle sophistiqué, pas moins parce que le signal entre la gare et l’ESTEC sera relayé par satellites quelque 36 000 km plus de l’équateur, ainsi que par le système au sol de la NASA.

Ainsi, les utilisateurs de chaque côté devront composer avec un décalage de signal ou «latence» d’environ 0,8 secondes que chaque paquet de données se déplace de la station au satellite, au sol, à l’ESTEC et le dos jusqu’à la station.

Le danger est que la perte de paquets et de la communication perturbations de données pourraient conduire à une force excessive, si le logiciel de contrôle de pointe permettra de compenser et de garder les deux ensembles d’équipements sûrs et synchronisés.

En outre, l’élément de l’espace comprend une vue en réalité augmentée d’une flèche de superposition sur le flux vidéo en temps réel pour indiquer la direction et le degré de force étant utilisés sur le sol.

Un jour, les astronautes en orbite autour de Mars pourraient utiliser des versions évoluées pour contrôler rovers sur le terrain pour effectuer des tâches ressemblant à des humains sur la surface – sans y être. Accélérer le long en orbite signifie que le degré de latence sera constamment se déplacer, aussi, donc l’équipe de télérobotique de l’ESA ont conçu un système pour compenser si nécessaire.

Tests utilisant cette vue directe mais en changeant entre le contrôleur et la cible seront effectués plus tard cette année.

(Source : ESA)

Une réflexion sur “Expérience sur l’Haptic-2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s