La « technologie Star Trek », on y est déjà ?

Mark Rademaker a travaillé en collaboration avec l'ingénieur et physicien de la Nasa Harold G.White sur un modèle réaliste de vaisseau spatial avec moteur à distorsion. Mark Rademaker (https://www.flickr.com/photos/123021064@N05/)

Mark Rademaker a travaillé en collaboration avec l’ingénieur et physicien de la Nasa Harold G.White sur un modèle réaliste de vaisseau spatial avec moteur à distorsion. Mark Rademaker (https://www.flickr.com/photos/123021064@N05/)

Star Trek, référence de la science-fiction, décrit des technologies imaginaires. Mais sont-elles aussi futuristes qu’elles en ont l’air ? Tour d’horizon de ce que nous avons inventé. Ou pas. 

Sommes-nous déjà dans un monde de science-fiction? Dans certains domaines, la réalité de la technologie est en train de rattraper l’imagination des écrivains et scénaristes à grands pas. Où en sommes-nous de ces technologies qui seraient familières au capitaine Kirk… ou à Luke Skywalker?

Les communicateurs

Ceux du capitaine Kirk et son équipage, dans la série originale, ressemblent à l’un de ces téléphones portables de la deuxième moitié des années 90, dépassés depuis longtemps.

Pour les « badges communiquants » des autres séries Star Trek, on aurait probablement la technologie pour les créer… Mais à l’heure des smartphones connectés à Internet, ce serait probablement un peu trop vieux jeu. A moins que les nouvelles montres connectées du genre de l’iWatch de Apple ne nous amènent cette fonction… en plus du reste.

Ordinateurs, pads…

Plutôt facile. Les consoles de bureau des différents capitaines de l’Enterprise ressemblent à des ordinateurs portables de la fin des années 80 et ne semblent pas dotés de davantage de fonctionnalités. Quant aux blocs-notes portables que les membres de l’équipage s’échangent comme s’il s’agissait de notes manuscrites, ce sont des versions assez grossières des tablettes actuelles.

Reste juste le fameux ordinateur parlant à qui on peut poser des questions embarrassantes auxquels il répond d’une voix suave… quand il a la réponse. Là, on se tournera vers Siri ou l’un de ses équivalents pour Android.

Le réplicateur de matière / synthétiseur de nourriture

Réplicateur de matière et synthétiseur de nourriture utilisent la même technologie, consistant à matérialiser un objet ou un plat solide à partir (apparemment) d’énergie. Dans le monde réel, nous avons quelque chose qui s’en rapproche de plus en plus, et c’est l’imprimante 3D. La NASA prévoit d’en équiper la station spatiale internationale afin que les astronautes puissent fabriquer les objets ou pièces de rechange dont ils auront besoin.

Elle songe également à utiliser la même technologie pour « fabriquer » de la nourriture. Mieux encore, les laboratoires de recherche de Nestlé travaillent à un appareil qui analyserait nos besoins nutritifs pour ensuite créer la nourriture correspondante. Tout ceci n’est pas encore de la création de matière à partir d’énergie, pour cela, il faudra attendre un peu, mais les travaux préliminaires sont déjà là.

Le tricordeur médical

C’est cet engin si pratique pour les docteurs du futur, qui permet de se faire communiquer immédiatement sur une mini-console portable les données médicales du patient. L’outil de diagnostic complet, aussi léger qu’un stéthoscope… Celui-là, on ne l’a pas encore, mais la multiplication des applications « santé » sur nos smartphones laisse présager que c’est pour bientôt. D’autant qu’une compétition internationale est en cours pour sa réalisation, avec un prix de 7 millions de dollars au gagnant.

Le traducteur universel

Dans les séries Star Trek, il s’agit d’un circuit implanté dans le crâne qui permet instantanément de comprendre (et de parler) avec les extraterrestres, quelle que soit la langue qu’ils emploient. On n’a pas encore le moyen de se greffer des traducteurs dans le cerveau, mais à défaut, il y a déjà quelques applications pour smartphone et autres programmes d’ordinateur qui ont bien fait progresser la traduction simultanée.

World Lens, par exemple, va traduire toutes les pancartes vues au travers de la caméra de votre téléphone dans votre propre langue. Speak and Translate va, lui, convertir vos phrases dans l’une des 100 langues-cible. Sur ordinateur, Google Translate, bien qu’imparfait, offre déjà des traductions suffisantes pour comprendre la plupart des conversations écrites. Enfin, Microsoft prépare un outil de traduction en temps réel pour Skype.

Le holodeck

C’est un lieu peuplé d’hologrammes, faits de photons et de champs de forces qui les rendent aussi solides que s’ils étaient faits de matière. Un monde idéal pour vivre des aventures différentes… Nous n’avons pas encore cela, mais la réalité virtuelle, elle, fait des progrès. On peut citer par exemple le fameux Oculus Rift que l’on attend avec impatience chez les fans de jeux immersifs, ou bien le Morpheus de Sony. On peut aussi citer les environnements de type CAVE, qui associent la projection d’images sur les murs d’une même pièce au port d’un casque de réalité augmentée, ou encore la Virtusphere. Pas encore holographiques, donc, mais l’idée y est.

Les boucliers de protection / déflecteurs

Dans la plupart des films et romans de science-fiction, les vaisseaux spatiaux sont protégés par des boucliers d’énergie. Cette même idée est aujourd’hui testée par des compagnies privées souhaitant proposer à la NASA des « bulles magnétiques » pour protéger les sondes et autres vaisseaux dans leur rentrée dans l’atmosphère. D’autres chercheurs ont envisagé un système similaire, mais pour protéger les astronautes des radiations dans l’espace.

Quant aux fameux « déflecteurs », sortes de champs d’énergie destinés à éloigner d’un vaisseau spatial tous les petits obstacles qui pourraient se trouver sur son chemin, comme des micro-météores, des étudiants de l’université de Leicester (Angleterre) en ont démontré le principe.

Le manteau d’invisibilité

Il y a la cape d’Harry Potter, mais aussi le bouclier occulteur des vaisseaux Klingons et Romuliens. Le principe en est le même : ce qui est à l’intérieur est invisible à l’extérieur. Magie ? Technologie du futur ? Ni l’un ni l’autre : les scientifiques y travaillent, et pour de vrai.

C’est le cas notamment à l’université de Floride centrale, où des chercheurs ont mis au point des matériaux qui courbent la lumière autour d’un objet, le faisant paraître invisible à l’oeil nu. Mieux encore, une équipe du Karlsruhe Institute of Technology a réussi à créer un volume à l’intérieur duquel un objet deviendrait « invisible au toucher ».

Le rayon tracteur

Beaucoup d’exemples sur le grand et le petit écran. Il s’agit d’un rayon d’énergie qui peut « accrocher » un objet et le ramener à lui. Alors, dans la réalité ? On n’en est pas là non plus, mais on progresse. Des physiciens de l’université de Dundee (Ecosse) ont pu utiliser des émetteurs à ultrasons pour exercer une force derrière un objet, et l’attirer ainsi vers sa source. Des chercheurs australiens ont eux réussi à créer un rayon tracteur… dans l’eau, en créant des formes de vagues spécifiques.

Les fermes d’humidité

Souvenez-vous de la ferme des parents adoptifs de Luke Skywalker, sur Tatooine, ou des collecteurs permettaient d’extraire l’eau de l’atmosphère… C’est ce qui se passe dans le désert d’Atacama, au Chili. Des scientifiques de ce pays, en collaborations avec le MIT, testent des « capteurs de brouillard » qui récupèrent l’humidité de la brume venue du Pacifique, et s’en servent pour irriguer les fermes d’une région exposée à la sécheresse et au changement climatique.

L’animation suspendue

On ne possède pas aujourd’hui la technologie pour mettre des humains en état d’hibernation pour de longs voyages dans l’espace, comme dans certains films de science-fiction (comme les « chambres cryogéniques » dans certains épisodes de Star Trek). Cependant, nous assistons peut-être aux prémices d’une telle découverte avec le « refroidissement » de patients dans un hôpital américain.

Les cyborgs

Mi-humains, mi-machines, les cyborgs vont des Cybermen de Dr Who aux Borgs de Star Trek en passant par quelques intermédiaires (dont Robocop).Dans ce domaine-là, nous en sommes aux balbutiements, mais la technologie avance très vite : on a vu par exemple la démonstration d’un exosquelette lors du coup d’envoi du dernier Mondial, et le bras bionique « de Luke Skywalker » a été homologué aux Etats-Unis.

Le sabre-laser

L’arme préférée des chevaliers Jedi peut-elle exister pour de vrai? On n’en est pas encore là, mais des scientifiques du MIT ont pu créer des molécules à partir de particules de lumière (photons). Le vrai sabre qui coupe n’est pas en vue, mais qui sait, c’est peut-être un début ?

L’antigravité

C’est la base de la propulsion des vaisseaux spatiaux imaginaires lorsqu’ils sont à basse altitude ou qu’ils souhaitent atterrir. Défier la pesanteur, un rêve? Pour l’instant, c’est toujours le cas. On voit bien ici et là des tentatives d’en imiter les effets, comme en lévitant des objets avec des ultrasons, ou encore en utilisant l’électromagnétisme. Mais ce n’est pas la « vraie » antigravité, qui reste à découvrir.

Les vaisseaux spatiaux

On peut rêver de se retrouver sur le pont de l’Enterprise et voguer entre les étoiles, mais pour l’instant, le mieux que l’humanité ait fait est d’envoyer des hommes sur la Lune avec de bonnes vieilles fusées à carburant. On est loin de la propulsion interstellaire…

Le seul élément enthousiasmant en la matière, ce sont les recherches menées par un ingénieur et physicien de la Nasa, Harold G. White, qui étudie la faisabilité d’un moteur qui puisse « étirer l’espace », et donc permettrait le voyage vers de « nouveaux mondes étranges »…

La téléportation

C’est sans doute le plus difficile. On a certes réussi à téléporter de l’information d’un point à un autre, ce qui pourra sans doute servir pour les ordinateurs quantiques ou peut-être un jour pour des communications à très longue distance, mais de là à dématérialiser un être vivant et le reconstituer ailleurs, c’est vraiment de la science-fiction, et pour pas mal de centaines d’années encore.

(Source : Le Nouvel Observateur)

2 réflexions sur “La « technologie Star Trek », on y est déjà ?

  1. Pour la téléportation , qui sait ?…. Voici seulement 4 /5 ans, les frères Bogdanov expliquaient qu’il faudrait un milliards d’années pour modéliser toutes les molécules constituant un être humain !… Mais dès ce moment, toute l’Humanité pourrait se faire télécharger , d’un émetteur à un récepteur , à travers tous les réseaux de PC !… Nos jumeaux magiques pensaient que, comme dans « Tron », les Hommes n’auraient pas envie de se faire numériser !… Pourtant, d’autres esprits intrépides, comme Marc Wasterlain ,( auteur de la série bd « Jeannette Pointu » ) l’ont envisagé : ainsi, un peuple extraterrestre s’est numérisé pour échapper à ses ennemis et se cacher dans le réseau mondial ( « Le grand panda « ) !…
    Mais d’autres auteurs comme Francis Carsac ou Gilles d’Argyre avaient envisagé le transfert de la simple matière à travers des « trous de Ver » : ces vire-matière ne transportaient rien de vivant, mais rien que les minerais prospectés à la surface des planètes vierges transformaient profondément la Société humaine, avec des multinationales confédérées qui commenceraient à piller tout l’Univers : l’exploitation des couches superficielles des autres planètes serait plus rentable que celle des gisements dans les profondeurs de la Terre !…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s