Epecuén, l’Atlantide moderne (vidéo)

© afp

© afp

Durant 25 ans, la ville d’Epecuén, dans la province de Buenos Aires en Argentine, est restée submergée suite à une inondation provoquée par de grosses pluies le 10 novembre 1985. Depuis 2009, le niveau de l’eau a commencé à baisser, faisant resurgir cette Atlantide des temps modernes, comme en atteste une série de photos de l’AFP.

Avant d’être submergée, Epecuén, situé sur les bords du lac du même nom, était une petite ville très touristique prisée pour ses cures thermales et qui accueillait jusqu’à 25.000 touristes pendant la haute saison chaque année, forte de ses 280 établissements hoteliers et commerciaux. En novembre 1985, les 1.500 résidents permanents ont dû fuir lorsqu’un mur de soutènement de 3,5 mètres de haut a cédé sous la pression des fortes pluies tombées à l’époque. En l’espace de quinze jours, la petite cité s’est retrouvée prisonnière sous deux mètres d’eau.

Epecuén accueillait jusqu'à 25.000 touristes par an © afp.

Epecuén accueillait jusqu’à 25.000 touristes par an © afp.

Norma Berg, 48 ans, sur les ruines de la maison familiale © afp.

Norma Berg, 48 ans, sur les ruines de la maison familiale © afp.

« J’avais des chats et des chiens à l’époque et ils ont fui quelques jours avant les inondations et je ne les ai plus jamais revus », se souvient Norma Berg, 48 ans et dont les inondations ont forcé sa famille à fuir la ville. « Je pense que les animaux avaient senti l’eau arriver », indique-t-elle en montrant les ruines de sa maison.

Submergée pendant 25 ans et jamais reconstruite, Epecuén n’est plus habité que par un seul homme, Pablo Novak, 81 ans. « Pendant quatre ou cinq ans après les inondations, quand les eaux étaient encore hautes, personne n’a mis les pieds ici », explique l’immuable Pablo. « J’étais totalement seul, tous les jours, toute la journée », ajoute-t-il.

Désormais, sa ville fantôme n’est plus que le théâtre de tournage de films, qui ont trouvé à Epecuén le décor de désespoir parfait.

(Source : AFP)

Don Pedro Novak, dernier habitant d'Epecuén © afp.

Don Pedro Novak, dernier habitant d’Epecuén © afp.

© afp.

© afp.

© afp.

© afp.

© afp.

© afp.

.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s